Pétrole

La chute des cours du brut, premier symptôme d’une récession?

Si la baisse des prix du baril affole les marchés, c’est parce qu’elle reflète une faiblesse de la demande liée au déclin de l’économie mondiale. Une réaction exagérée, selon les analystes

Les prix du pétrole ont chuté de près de 40% depuis le mois d’octobre. Le baril de light sweet crude (référence américaine du brut, pour livraison en février) s’échangeait à moins de 45 dollars en début de semaine. Tandis que le brent (référence européenne, pour livraison en février) valait à peine plus de 50 dollars, avant un sursaut respectivement de 8,7% et de 7,9% mercredi – brève correction après les lourdes pertes antérieures. Et si ce plongeon inquiète tant, c’est parce qu’historiquement il s’inscrit dans un contexte de crise, 2008 pour la plus récente.

«La demande en pétrole se tasse et cette tendance est en partie due à un ralentissement de l’économie mondiale» – consommation des ménages et donc production en baisse, concède René Morgenthaler de la banque Bonhôte. Autre indice de cette perte de vigueur conjoncturelle, «les marges essence des entreprises de raffinage du diesel, carburant utilisé dans le transport routier, s’érodent», signale Nicolas Descoqs d’Alken Asset Management.

Beaucoup jugent toutefois exagérée la réaction des marchés. «Nous sommes à la fin d’un cycle économique, a priori pas à l’aube d’une récession», affirme Nicolas Descoqs. «La situation n’est pas la même qu’en 2009», quand les prix avaient brusquement plongé de 147 à 40 dollars le baril, en raison d’une production quasi mise à l’arrêt dans le sillage de la crise financière, ajoute René Morgenthaler.

«Pas une baisse, mais un ralentissement»

«Il ne s’agit ni d’une baisse ni d’une stagnation de la demande. Celle-ci continuerait de croître, à un rythme un peu moins soutenu, en cas de ralentissement de la croissance mondiale», nuance Frédéric Potelle de Bordier & Cie. Les relevés des dernières décennies montrent que si la croissance baissait d’un point de pourcentage, celle de la demande en pétrole ne serait révisée que de 0,5 million de barils par jour, soit 0,5%, ajoute-t-il. Les prévisions internationales prévoient à ce stade une croissance de PIB mondial de 3,5-3,9% en 2019. La demande en pétrole, qui s’établit à une centaine de millions de barils par jour et progresse de 1,0-1,5% chaque année, verrait ainsi son rythme de croissance réduit à 0,5-1,0%.

Lire aussi: Nous n’enterrerons pas le pétrole

Les analystes comptent sur l’effet de relance de ces prix bas sur la consommation des ménages, qui pourrait compenser en partie le ralentissement conjoncturel. «En particulier aux Etats-Unis, où les taxes gouvernementales sur les carburants sont moins élevées. Une baisse notable des prix du brut a un effet quasi immédiat sur les budgets des ménages», souligne Nicolas Descoqs. Par ailleurs, on s’attend à une baisse de l’offre du côté des producteurs, que ce soit l’OPEP + Russie ou les schistes américains, «qui ont besoin de prix plus élevés et sont tout à fait capables d’adapter leur production», assure Frédéric Potelle.

À ce sujet: Le royaume saoudien va réduire ses exportations de 500’000 barils par jour

Classe moyenne précarisée

Les risques n’en demeurent pas moins latents, la guerre commerciale continue de plonger entreprises et investisseurs dans le flou. Derrière ces difficultés conjoncturelles s’expriment également des problèmes structurels d’une classe moyenne précarisée, en marge de la globalisation: que ce soit dans le vote du Brexit, dans l’élection de Donald Trump ou plus récemment dans les protestations des «gilets jaunes».

Publicité