La Banque nationale suisse (BNS) «pourrait prendre des mesures correctives» face à des pressions spéculatives «interférant avec notre stratégie monétaire», a déclaré lundi son président de la direction Jean-Pierre Roth à Jérusalem.

Le patron de la BNS faisait référence à la glissade du dollar, «les développements récents sur les marchés des changes» montrant que «dans les périodes turbulentes, le franc suisse peut faire l'objet de pressions spéculatives». Le franc suisse a gagné 2% contre l'euro et 13% contre le dollar en un an.

De son côté, le président de la Banque centrale européenne Jean-Claude Trichet a rappelé à Vienne que «les récents mouvements euro/dollar ne sont pas les bienvenus».

Ces prises de position laissant entendre que les banques centrales pourraient ne pas rester insensibles à un effritement prolongé du billet vert ont incité les investisseurs à reprendre leur souffle. En matinée, le dollar regagnait du terrain face à l'euro et au franc suisse, avant de repartir à la baisse dans l'après-midi et de se stabiliser en soirée.

La consolidation du dollar «devrait se poursuivre quelques jours, estime Clyde Wardle, analyste à la banque HSBC, mais son déclin devrait reprendre à la fin de la semaine». Neil Mackinnon, économiste au groupe bancaire ECU, pense que «l'impact des déclarations (des banquiers centraux) va s'amenuiser: le marché veut voir des déclarations suivies d'actions».