Monnaie

La chute de la livre turque menace la réélection d’Erdogan

La monnaie turque a dégringolé de près de 20% depuis le début de l’année. A un mois des élections législatives et présidentielles, le président turc dénonce les mains des comploteurs étrangers

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a un nouvel ennemi: la livre turque. A moins d’un mois des élections législatives et présidentielles où il espère consolider son pouvoir, la monnaie nationale a dégringolé de près de 20% depuis le début de l’année. Mardi, alors que le président de la Banque centrale turque, Murat Cetinkaya, et le vice-premier ministre, Mehmet Simsek, tentaient de rassurer les investisseurs à Londres, la livre s’échangeait à 4,61 contre le dollar. Au début de l’année, il n’en fallait que 3,80.

Conséquences directes de la dévaluation: l’inflation est estimée à 10,8% sur l’année. Le taux de croissance est aussi en baisse: il devrait passer de 11,4% l’an dernier à 4% en 2018. Dans le style qui est le sien, le président Erdogan n’a pas joué l’apaisement. «Sortez les dollars et les euros de sous votre oreiller et allez les changer en livres turques. Nous sommes au courant du jeu qui est joué contre nous et nous nous battons avec les outils dont nous disposons. Etre citoyen turc signifie aujourd’hui que vous devez d’abord protéger votre monnaie. C’est la demande que je formule à mon peuple: ne croyez pas les rumeurs et protégez votre devise nationale.»

D’exportateur à importateur

L’effondrement de la livre est directement lié à la situation économique du pays. La Turquie, qui était il y a quelques années encore un grand exportateur agricole, importe désormais de la viande de Serbie. La situation politique – état d’urgence, arrestations d’opposants, répression contre la presse, guerre en Syrie — ne fait qu’augmenter la pression et les investisseurs se font de plus en plus rares. Les interventions de la Banque centrale (hausse du taux d’intérêt et adoption d’un régime plus simple pour accorder le crédit) ont eu l’effet escompté, mais seulement pour une courte durée.

Lire aussi: Des journalistes d’opposition condamnés pour aide au «terrorisme» en Turquie

«On peut, sans risquer de se tromper, dire que la majorité des électeurs turcs sont préoccupés par l’économie qui ne cesse de se détériorer, écrit une chroniqueuse de Hürriyet, un grand quotidien du pays. Il est surprenant de constater que le Parti justice et développement au pouvoir et le président Recep Tayyip Erdogan ne voient pas le lien entre l’économie et l’état d’urgence en place.» Elle rappelle que la Turkish Business and Industry Association demande sa levée, affirmant qu’une telle situation politique joue contre l’image du pays.

Capitaux étrangers spéculatifs

Le principal opposant à Recep Tayyip Erdogan au scrutin présidentiel du 24 juin, Muharrem Ince (Alliance de la nation), a quant à lui fait le lien et ne laisse passer aucune occasion pour promettre la fin de l’état d’urgence en cas de victoire. Pour séduire les électeurs, il va plus loin et promet de distribuer des aides financières à la population.

Lire également: Elections turques: les partis d’opposition se liguent

Dans une note publiée cette semaine, Philippe Waechter, chef de la recherche auprès du fonds européen Ostrum Asset Management, explique la vulnérabilité de l’économie turque. «Son déficit, qui est à plus de 5% de son produit intérieur brut, reflète de forts besoins de financement externe, écrit-il. Or l’épargne interne est faible et le pays dépend des capitaux étrangers, qui sont de court terme et spéculatifs. Pour les garder, la Banque centrale turque n’a pas d’autres choix que de maintenir des taux d’intérêt élevés.»

Publicité