Le groupe saint-gallois Holcim et les autres cimentiers impliqués dans une affaire de cartel en Allemagne ont recouru contre une amende de 330 millions d’euros (503 millions de francs) infligée par la cour suprême du Land de Rhénanie- du-Nord-Westphalie.

Le tribunal de Düsseldorf a annoncé mercredi qu’il allait transmettre le dossier litigieux à la Cour fédérale allemande. Il était arrivé à la conclusion que Holcim, le groupe français Lafarge et les allemands HeidelbergCement et Schwenk s’étaient entendus des années durant pour se répartir le marché. Egalement concerné, le groupe Dyckerhoff a porté un recours devant l’instance supérieure.

Le tribunal de Düsseldorf a presque réduit de moitié l’amende de 649 millions d’euros prononcée à l’origine en 2003 par l’office fédéral allemand des cartels à l’encontre des entreprises concernées. Il a estimé qu’une partie des accusations reposait sur des preuves insuffisantes, notamment en ce qui concerne les profits générés par cette entente au détriment des clients.

Selon la décision de la cour, Holcim écope d’une amende de 14,6 millions d’euros. Le groupe suisse avait constitué en 2002 des provisions de quelque 120 millions de francs au début de cette procédure, avait-il indiqué. Lafarge a pour sa part été condamné à 24 millions d’euros.

Les groupes allemands impliqués ont été plus lourdement frappés. L’amende atteint 170 millions d’euros pour HeidelbergCement, 70 millions pour Schwenk, et 50 millions pour Dyckerhoff.