Analyse

Cinquante ans de Nobel d’économie: les bons choix et les oubliés

Après un demi-siècle de choix parfois étonnants et de travaux utiles par leurs prolongements pratiques, le Nobel d’économie mérite un bilan. C’est aussi le seul Nobel qui a récompensé, à deux reprises, une thèse et son exact contraire

Le Prix Nobel d’économie, décerné en octobre, est né en 1969 pour fêter les 300 ans de la Banque de Suède. L’information sur les nominations et la sélection est tenue secrète pendant cinquante ans. C’est l’occasion de dresser un premier bilan et d’en tirer trois enseignements. Deux chercheurs américains, Allan Sanderson et John Sigfried, se sont livrés à l’exercice dans The Nobel Prize in Economics Turns 50 (Sage Journals, The American Economist, 2019).

Premièrement, l’économie est la seule discipline qui peut récompenser simultanément deux chercheurs qui affirment exactement l’inverse l’un de l’autre. Ce fut le cas en 1974 pour le socialiste keynésien Gunnar Myrdal et le libéral Friedrich Hayek. Le premier, furieux, n’a presque pas échangé un mot avec le second lors de la cérémonie. En 2013, de nouveau, le prix est attribué à Eugene Fama, défenseur de l’efficience du marché, et à Robert Shiller, qui souligne les errements de ce dernier, dans son ouvrage sur L’Exubérance irrationnelle.