La banque américaine Citigroup va réduire drastiquement ses activités de crédit hypothécaire, alors que ce secteur est au centre de la crise financière mondiale actuelle, a annoncé le Wall Street Journal dans son édition en ligne mardi soir.

Citigroup, qui imite ses principaux concurrents avec un an de retard, selon le quotidien, va réduire de presque 90% le nombre de courtiers en prêts hypothécaires avec lesquels il traite à travers les Etats-Unis, dont le nombre va passer de 9500 à 1000.

En outre la banque va supprimer 500 postes de sa division hypothécaire, selon une source proche du dossier citée par le journal, qui a indiqué que ces mesures étaient motivées par «le climat des affaires».

La crise des crédits hypothécaires a provoqué d'énormes pertes pour la plupart des banques américaines, y compris Citigroup, qui a notamment dû passer pour 3,4 milliards de dollars de dépréciations liées à son exposition directe aux prêts immobiliers à risque, dits «subprime», au 2e trimestre. Les résultats du 3e trimestre sont attendus la semaine prochaine.

A terme, la banque devrait centraliser ce qui lui restera d'activité dans le secteur hypothécaire dans deux centres, à Saint Louis (Missouri, centre) et Dallas (Texas, sud). Elle se serait également déjà mise en quête d'un repreneur pour sa filiale Primerica, basée en Géorgie (sud-est), qui vend des prêts hypothécaires, de l'assurance vie et des investissements.

«Back-office» chez Tata

La banque américaine Citigroup va céder ses activités administratives de régularisation d'ordres boursiers («back-office») basées en Inde, Citigroup Global Services Ltd (CGSL), au groupe de services informatiques Tata Consultancy Services (TCS) pour 505 millions de dollars en numéraire, a indiqué le PDG de la société indienne ,N. Chandrasekaran.

Citigroup Global a plus de 12000 employés en Inde et prévoit un chiffre d'affaires de 278 millions de dollars en 2008, selon TCS.