Citigroup a annoncé ce vendredi un bénéfice net de 1,6 milliard de dollars pour les trois premiers mois de l’année, à comparer avec une perte de 5,1 milliards un an plus tôt et à une perte massive de 17,2 milliards au quatrième trimestre 2008.

Citigroup indique avoir atteint ces chiffres grâce à ses mesures de réduction des coûts et l’amélioration des résultats de trading et de banque d’investissement. Les charges d’exploitation ont baissé de 23%. Elle a supprimé 13 000 postes durant le trimestre, ses effectifs étant maintenant de 309 000 salariés.

Les revenus de la banque se sont établis à 24,8 milliards de dollars (28,4 milliards de francs), quasiment doublés sur un an. Le patron de Citigroup Vikram Pandit a souligné qu’il s’agissait du meilleur trimestre depuis le deuxième trimestre 2007.

Perte par action

La banque new-yorkaise a fait mieux qu’attendu par le marché, qui tablait sur des revenus inférieurs. En termes de bénéfice courant par action, elle publie une perte de 18 cents, contre -34 cents envisagés par les analystes.

Citigroup explique que cette perte par action résulte du prix retenu pour la conversion, en janvier 2009, de 12,5 milliards d’actions préférentielles émises en janvier 2008. «Ceci n’a pas eu d’impact sur notre bénéfice net, mais a provoqué une diminution du bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires de 1,3 milliard de dollars, ou 0,24 dollar par titre», indique le groupe.

La banque a aussi fait savoir qu’elle avait l’intention de reporter l’échange proposé de milliards de titres préférentiels contre des actions ordinaires, dans l’attente des résultats des tests de résistance («stress tests») entrepris par les autorités pour évaluer les besoins des banques en fonds propres.