La banque américaine Citigroup a retrouvé sa rentabilité en 2010 avec un bénéfice de 10,6 milliards de dollars, contre une perte de 1,6 milliard en 2009, décevant néanmoins Wall Street.

Sur le seul quatrième trimestre la banque affiche un bénéfice de 1,3 milliard de dollars contre une perte de 7,6 milliards un an plus tôt, a indiqué mardi la banque dans un communiqué. En tout, la banque a perdu 29,3 milliards de dollars pendant la crise et elle n’a dû sa survie que par une reprise de la majorité de son capital par l’Etat.

Par action, le bénéfice s’élève à 4 cents sur les trois derniers mois de l’année et 35 cents sur l’ensemble de 2010, alors que les analystes prévoyaient 8 cents et 40 cents respectivement.

En termes de chiffre d’affaires, le groupe a également déçu les attentes de Wall Street. Il a dégagé un produit net bancaire de 18,4 milliards de dollars au quatrième trimestre, alors que les prévisions se situaient à 20,45 milliards, et de 86,6 milliards de dollars sur l’ensemble de l’année contre des prévisions de 88,5 milliards.

«2010 a été une année pleine d’événements marquants, une année critique pour le redressement de cette institution», a commenté Vikram Pandit, directeur général de Citigroup, cité dans le communiqué.

L’action chutait de 3,31% à 4,96 dollars en début d’après-midi lors des échanges électroniques précédant l’ouverture de la séance officielle.