Clariant n’en finit pas de restructurer. Alors qu’il a essuyé une perte nette de 194 millions de francs l’an dernier, le groupe bâlois de spécialités chimiques supprime 500 emplois supplémentaires, dont 400 en Suisse. En 2009, il en a déjà supprimé quelque 3220.

A la fin de l’exercice écoulé, Clariant employait encore un peu plus de 17’500 personnes, dont plus de 1200 en Suisse. Un an plus tôt, il occupait encore au total plus de 20’100. En 2008 toujours, l’entreprise basée à Muttenz (BL) avait déjà accusé une perte nette de 37 millions de francs.

Cette année, Clariant va comptabiliser des coûts de restructuration compris entre 200 et 300 millions de francs, a-t-il indiqué mardi dans un communiqué diffusé en prélude à sa conférence de presse de bilan à Zurich. Sur fond de mauvaises affaires, le groupe renonce une nouvelle fois à verser un dividende à ses actionnaires.

Le chiffre d’affaires a pour sa part reculé de 18% en 2009 sur un an pour s’inscrire à 6,61 milliards de francs. En monnaies locales, la baisse a atteint 14%. La société rhénane explique la contraction par l’impact de la récession économique qui a encore sévi durant une bonne partie de l’année écoulée.

Clariant table sur une amélioration de son résultat opérationnel cette année. Côté chiffre d’affaires, le groupe chimique bâlois prévoit une faible croissance, sur fond de timide reprise.

La croissance des ventes proviendra avant tout de l’Asie, en particulier de la Chine, et de l’Amérique latine, a annoncé mardi Clariant en lever de rideau de sa conférence de presse de bilan à Zurich. Au niveau de l’exploitation, la marge EBIT (avant intérêts et impôts) devrait progresser à plus de 6%, contre 4,1% en 2009.

L’an dernier toujours, Clariant a essuyé une perte opérationnelle de 20 millions de francs, après un bénéfice de 229 millions un an plus tôt. Avant effets uniques, le résultat apparaît dans le noir à hauteur de 270 (530) millions. La marge brut d’autofinancement a en revanche augmenté à 757 millions, contre 391 millions en 2008.