Tactique

La clinique genevoise des Grangettes place une surenchère de 24% pour contrer Genolier

L’établissement de Chêne-Bougeries invite les médecins actionnaires de la Générale-Beaulieu à réinvestir leur capital dans une entreprise commune. L’établissement propose 31 000 francs par action nominative, contre 25 000 pour Swiss Medical Network

La «guerre des cliniques» à Genève se joue à présent sur le champ de bataille de chiffres. La ligne de front: le prix, pour le rachat d’actions nominatives résiduelles de la Générale-Beaulieu (GB). Ce vendredi, les Grangettes ont offert de rehausser de 24% la valeur des titres encore détenus par les propriétaires minoritaires. Cette surenchère inattendue, correspond à un barème de 31 000 francs par action.

«Ce que nous proposons, c’est un réinvestissement [ndlr: échange de titres de propriété] dans une entité commune, précise Philippe Glatz. Nous sommes prêts à leur offrir une partie de nos propres actions.» La démarche du président et actionnaire de référence des Grangettes s’accompagne de la possibilité de vendre par la suite ses parts GB-Grangettes, à l’horizon 2019, encore plus cher (plus de 35 000 francs par action, selon des estimations prudentielles).

Lire aussi: «Nous plaidons pour une Confédération de cliniques privées à Genève»

Le groupe vaudois Swiss Medical Network (SMN, anciennement Genolier) appartenant à la holding fribourgeoise Aevis Victoria est entré le 13 septembre dernier au capital de la clinique des hauts de Champel. A hauteur de près de 30%. Et à un tarif déjà record de 25 000 francs par titre de propriété – l’offre initiale était de 16 000 francs par action –, valorisant l’établissement à 187,5 millions de francs. L’opération, payable en espèces via notamment un emprunt obligataire de 130 millions de francs a été immédiatement assortie d’un appel à récupérer les titres de propriété restants, au même tarif, dans l’espoir de gagner une majorité. A ce stade, SMN détiendrait quelque 40% de la GB.

Riposte massive

Stupéfaction du côté de la Clinique des Grangettes, qui s’était aussi portée acquéreuse de sa rivale genevoise dans le cadre du même appel d’offres que SMN, mais sans que les détails de son projet n’aient été portés à la connaissance des actionnaires de la GB. Considérant que ces derniers avaient été privés d’un véritable choix et mis devant un fait accompli, l’établissement leur a écrit pour les inviter à ne pas précipiter les choses, soit céder leurs parts à SMN sans connaissance de la contre-offre des Grangettes.

Lire aussi: Genolier s’empare de la clinique Générale-Beaulieu à Genève

La lettre de trois pages leur donne rendez-vous le 5 octobre, pour de plus amples explications quant au projet médical commun et le traitement numéraire prévus. C’était ce jeudi matin. A peine un jour plus tard, les Grangettes sortent l’artillerie lourde en proposant 31 000 francs par action. Cette offre visiblement plus avantageuse suffira-t-elle à convaincre la communauté des médecins de la GB? La Société médicale de Beaulieu, parlant au nom de plus de 110 médecins (28% du capital de la GB), avait en tous les cas déclaré jeudi son soutien à l’offre de SMN. Mais c’était hier.

Publicité