Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
AT&T et Time Warner, tout comme Verizon et Yahoo!, devront attendre la présidentielle du 8 novembre pour savoir comment leur mariage annoncé sera traité par la future administration américaine.
© Justin Lane/EPA

Elections

Clinton veut surveiller les géants de l’audiovisuel, Trump les détruire

La mégafusion entre AT&T et Time Warner a fait réagir les candidats à la présidentielle. Le mariage entre un fournisseur d’accès et un producteur de contenus fait craindre une utilisation abusive des données personnelles

La mégafusion entre AT&T et Time Warner s’invite dans la présidentielle américaine. Au-delà des considérations financières de ce rapprochement à 85 milliards de dollars (environ 84,5 millions de francs) annoncé samedi, ce sont surtout les questions concurrentielles qui ont orienté les réactions de deux candidats à l’élection du 8 novembre.

Lire également: Le boom de fusions et acquisitions se poursuivra en 2017

Car ce mariage va réunir l’un des plus importants opérateurs américains de télécoms avec un groupe qui contrôle certains des plus puissants diffuseurs du pays, comme Warner Bros, CNN, Cartoon Networks ou HBO.

Du côté d’Hillary Clinton, on demande à voir. «En général, la concurrence et saine pour les consommateurs. Dans cette opération, il y a un certain nombre de questions à éclaircir», a réagi son porte-parole, Brian Fallon. Hillary Clinton, en faveur de lois antitrusts renforcées, «est d’avis que les régulateurs doivent surveiller ce dossier de près».

Comme Google et Facebook

En substance, la stratégie du futur géant, comme de celui qui naîtrait de la fusion entre Verizon et Yahoo!, consiste à utiliser les données personnelles de chacun pour ensuite personnaliser et cibler la publicité et les contenus. Un modèle d’analyse du comportement des internautes qui a fait la fortune de Google et Facebook dans la publicité en ligne.

Aux Etats-Unis, les défenseurs de la vie privée s’inquiètent de la perspective d’une utilisation incontrôlée de ces informations. Surfant sur ces craintes, Donald Trump s’est ainsi montré beaucoup plus offensif que son adversaire. Lors d’un discours en Pennsylvanie, le Républicain a expliqué: «C’est un exemple de structures contre lesquelles je me bats. Mon administration refusera cette opération parce qu’elle concentre trop de pouvoirs dans les mains de trop peu de personnes.»

«Un contrôle énorme»

Le clan Trump en a aussi profité pour s’en prendre à nouveau aux grands médias du pays, qu’il accuse de truquer les élections en faveur d’Hillary Clinton. «Donald Trump va briser les nouveaux oligopoles médiatiques, a menacé le conseiller économique du Républicain, Peter Navarro. Ils ont acquis un contrôle énorme sur nos informations et sur nos vies privées et, dans cette élection, ils tentent d’influencer les processus politiques».

Lire aussi:  Donald Trump a marginalisé les médias traditionnels

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)