Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Amazon a dégagé un bénéfice de 513 millions de dollars (496 millions de francs) au premier trimestre. Le chiffre d’affaires s’est envolé pour sa part de 28% à 29,1 milliards de dollars.
© MIKE SEGAR

Technologie 

Le cloud, première source de profits d’Amazon

Le géant du commerce en ligne domine toujours ce marché en croissance, malgré les efforts de Microsoft et de Google pour rattraper leur retard

Dix ans après son lancement, Amazon Web Services (AWS) est la poule aux oeufs d’or du géant du commerce en ligne. Trimestre après trimestre, la filiale spécialisée dans le cloud computing affiche des performances financières records. Au premier trimestre 2016, son chiffre d’affaires a grimpé de 64%, dépassant la barre des 10 milliards de dollars en rythme annuel, a communiqué le groupe dans la nuit de jeudi à vendredi. Et son bénéfice opérationnel a plus que triplé. AWS est aujourd’hui la première source de profits de la société. Au total, le groupe a dégagé un bénéfice de 513 millions de dollars (496 millions de francs). Le chiffre d’affaires s’est envolé pour sa part de 28% à 29,1 milliards de dollars.

En 2006, Amazon a été l’un des premiers à tenter sa chance sur ce marché. L’idée était alors de proposer aux entreprises et administrations d’utiliser ses serveurs au lieu de bâtir leur propre infrastructure informatique. Les avantages? «Coût, flexibilité, rapidité et facilité d’utilisation», liste John Dinsdale, directeur de recherche chez Synergy Research. Selon les estimations de Synergy, le cloud d’infrastructures a représenté 23 milliards de dollars en 2015, en hausse de 52% sur un an. «Le succès du cloud n’est pas technologique. Il repose sur son modèle économique», estime Werner Vogels, le directeur de la technologie d’Amazon.

Leader incontesté

Pour les entreprises, il n’est plus nécessaire d’investir pour acheter et assurer la maintenance des serveurs informatiques. Elles ne payent plus que selon leurs besoins et peuvent adapter leur capacité de trafic à tout moment. «Sans le cloud computing, de nombreuses sociétés innovantes n’auraient pas pu se développer aussi rapidement», poursuit le responsable.

Précurseur, AWS reste le leader incontesté. Au quatrième trimestre 2015, sa part de marché s’élevait à 31%, d’après Synergy. C’est davantage que le score cumulé de ses trois principaux concurrents: Microsoft (9%), IBM (7%) et Google (4%). La société revendique plus d’un million de clients, tels Samsung, Pfizer, Netflix, mais aussi la CIA.
La concurrence tente de réagir. Microsoft a érigé le cloud au rang de première priorité depuis l’arrivée de Satya Nadella au poste de directeur en 2014. De son côté, Google vient de débaucher Diane Greene, l’une des figures du secteur, et vient de décrocher un contrat avec Apple, premier client d’AWS.

Lire également: Carl Icahn fait trembler Wall Street

Capacités supérieures

«La plupart de nos concurrents se trouvent là où nous étions en 2009», assure Werner Vogels. La filiale d’Amazon ajoute de nouvelles fonctionnalités à sa plate-forme. Elle propose des services dans l’analyse de données, le développement pour les supports mobiles, la collaboration en entreprise ou encore l’Internet des objets.

AWS offre une couverture géographique plus importante, via des serveurs dans 12 régions dans le monde. Elle prévoit de porter ce total à 17 d’ici à la fin de l’année. L’an passé, le cabinet Gartner estimait que ses capacités étaient dix fois supérieures à celles de ses 14 principaux concurrents réunis.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)