Tabac

Au cœur des manœuvres de Philip Morris

Des documents publiés par l’agence Reuters montrent comment Philip Morris tente de contrecarrer la lutte contre le tabac menée par l’Organisation mondiale de la santé

Ce n’est pas pour rien que Philip Morris, JTI ou BAT investissent des milliards pour proposer de nouvelles formes de cigarettes. Leur nouvelle stratégie se nomme IQOS, Ploom ou Glo. Des cigarettes qui ne brûlent pas le tabac mais le chauffent, et qui sont donc moins nocives pour la santé, assurent les géants du tabac.

Lire aussi «La cigarette propre de Philip Morris»

Les cigarettiers ne s’avouent pas vaincus pour autant sur le terrain de la cigarette traditionnelle. Pour contrer son lent déclin, ils luttent pour empêcher, ou au moins freiner, l’avancée de nouvelles normes antitabac. C’est ce que révèlent des documents internes de Philip Morris International (PMI), publiés jeudi par l’agence Reuters.

En guerre contre le paquet neutre

L’agence de presse braque ainsi la lumière sur l’intense travail de lobbying mené par le groupe suisso-américain, dont le siège mondial (hors Etats-Unis) est installé à Lausanne. Les documents détaillent par exemple la stratégie de PMI pour contrer la généralisation du paquet neutre – sans logo ni couleur – qui a été introduit en Australie, en France et au Royaume-Uni notamment.

Alors qu’un traité de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) prévoit d’étendre une pratique dont l’efficacité fait encore débat, un document de Philip Morris explique comment cette idée pourrait être contrée: en la présentant comme une atteinte aux accords commerciaux et aux lois internationales sur la protection des marques. La présentation évoque des «barrages routiers» contre le paquet neutre et exhorte les employés à «prendre le contrôle sur les articles de presse».

Maintenir les ministres de la Santé à l’écart

Au-delà de sa lutte contre le paquet neutre, pour laquelle le groupe et ses principaux concurrents ont déjà entamé des procédures judiciaires dans certains pays, PMI semble avoir une priorité plus fondamentale: maintenir les Ministères de la santé à l’écart de la question des taxes sur le tabac. Et s’assurer que cet enjeu «reste dirigé par les Ministères des finances». Ces derniers peuvent être convaincus par les cigarettiers qu’une hausse des taxes qui réduit la consommation de cigarettes peut mener, au final, à une baisse des recettes fiscales. Un Ministère de la santé, lui, ne tiendrait pas compte de ce contre-argument: davantage de taxes, moins de fumeurs, notamment chez les jeunes.

Au niveau fiscal toujours, PMI craint des accords internationaux sur les taxes sur le tabac. Une harmonisation serait évidemment plus difficile à combattre, étant donné que le principal argument des cigarettiers consiste à brandir la menace de la montée de la contrebande de cigarettes dans les pays où les taxes sont plus élevées.

Deux ans d’efforts de sape

Le document de référence contre lequel l’industrie du tabac concentre ses forces s’appelle la «Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac» (FCTC). Reuters raconte également que lors d’une réunion à Moscou, en 2014, les délégués de Philip Morris avaient été tenus à l’écart. Mais qu’ils ne s’étaient pas postés très loin du centre de conférence.

A la fin de l’événement, en octobre, l’un des responsables des affaires publiques du groupe, Chris Kodderman, a envoyé un mail à 33 de ses employés, les félicitant d’être parvenus à bloquer et à diluer des mesures visant à réduire les ventes de cigarettes. Il se réjouit aussi que la FCTC n’ait pas été reconnue comme un standard international (lire ci-dessous). Le point culminant de deux ans d’efforts, écrit-il.

A voir: Les Philip Morris Files (en anglais)

Contacté par Reuters, le groupe a répondu qu’en tant que «société opérant dans une industrie strictement réglementée, parler avec les gouvernements fait partie de notre travail quotidien. Le fait que nos discussions internes soient rendues publiques ne rend pas ces interactions inappropriées.»


Une «guerre» asymétrique

Les Etats et le secrétariat de l’OMS chargé de faire respecter la convention antitabac se disent débordés par l’armée de lobbyistes des groupes cigarettiers.

Entrée en vigueur en 2005, la «Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac» FCTC a pour ambition de s’ériger en document de référence. Elle a déjà incité des dizaines d’Etats à élever les taxes antitabac, à interdire la fumée dans les lieux publics et/ou à agrandir les messages de prévention sur les paquets. Pourtant, un rapport du secrétariat de la FCTC datant de fin 2016 déplore le manque de progrès récents. Seuls 7 des 16 articles «substantiels» du traité ont été mis en œuvre depuis 2014. L’une des raisons principales: les «interférences de l’industrie du tabac», dénoncées par certains des Etats membres à cette convention-cadre.

Lire aussi «La justice donne raison à l’Uruguay, poursuivi par Philip Morris»

Rien que chez Philip Morris, quelque 600 «directeurs des affaires corporatives» œuvrent à promouvoir les intérêts du géant du tabac. Soit l’une des plus grandes armées de lobbyistes au monde, selon Reuters, qui a consulté un courriel interne datant de 2015. Dans sa documentation interne, révélée par l’agence britannique, Philip Morris évoque fréquemment sa stratégie de lobbying par les expressions «jouer le jeu politique» et trouver des alliés qui «offrent une couverture et des victoires politiques».

Détournement de badges

Face à cette machine bien huilée, le secrétariat genevois de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), chargé de faire respecter les clauses antitabac contenues dans la convention FTCT, compte 19 employés. Son budget annuel ne dépasse pas 460 000 dollars (444 000 francs).

En 2014, lors d’une conférence antitabac à Moscou, le secrétariat du traité FTCT avait fini par fermer les portes de la conférence, vu l’utilisation abusive par les lobbyistes de l’industrie cigarettière des badges destinés au public. «C’est une véritable guerre», résume la cheffe du secrétariat, Vera Luiza da Costa e Silva, citée par Reuters.

Selon une source interne de Philip Morris, l’OMS refuse catégoriquement d’entrer en discussion sur les produits à risques réduits comme l’IQOS. Ouverts dans les années 1970, les conflits entre les géants du tabac et l’OMS vont perdurer.

Publicité