La Commission de la concurrence (Comco) ne lâche pas Swatch Group. Interrogée jeudi par Le Temps, elle confirme «avoir ouvert une enquête préalable» concernant Nivarox. Cette filiale du géant horloger biennois employant plus de 1000 collaborateurs sur différents sites de l’Arc jurassien est spécialisée dans la production d’assortiments horlogers, soit les organes réglants qui constituent le cœur des montres mécaniques. Avec des parts de marché pour les livraisons à des tiers estimées par la Comco à plus de 90% en 2010 (derniers chiffres disponibles), elle fournit pratiquement tous les fabricants de mouvements mécaniques concurrents de Swatch Group.

Cette enquête s’inscrit dans la lignée d’une précédente procédure au long cours contre ETA, fer de lance industriel du conglomérat biennois. Ouverte en 2011, après que Swatch Group a annoncé vouloir cesser ses livraisons de mouvements mécaniques et d’assortiments à des tiers, elle visait à assurer le développement d’une concurrence durable sur ce marché.