Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Siège de Tamedia à Zurich, janvier 2017.
© ENNIO LEANZA/Keystone

publicité

La Comco examinera l’achat de Goldbach par Tamedia

La Commission de la concurrence évoque une possible «position dominante» après l’acquisition de l’agence de vente d’espace publicitaires par le groupe de médias

La Commission de la concurrence (Comco) procède à un examen approfondi du rachat envisagé de Goldbach par le groupe de presse zurichois Tamedia. Les deux entreprises envisagent de devenir un des distributeurs ayant le plus fort taux de pénétration en Suisse.

Lire aussi: Tamedia et Goldbach officialisent leur mariage

Tamedia contrôle 50 médias et plateforme

Des indices existent selon lesquels la concentration crée ou renforce une position dominante, a fait savoir mercredi le gendarme de la concurrence dans un communiqué. Avec plus de 50 médias et plateformes numériques, Tamedia couvre une grande partie de la population suisse dans toutes les régions linguistiques.

Goldbach, société zurichoise spécialisée dans la commercialisation d'espaces publicitaires, possède en Suisse une des positions de leader dans les médias électroniques. Tamedia et Goldbach envisagent de proposer des offres à 360 degrés dans les domaines TV, radio, des médias imprimés et en ligne ainsi que de la publicité extérieure.

Soupçon de position dominante

A l’issue de l’examen préalable, la Comco arrive à la conclusion que la concentration pourrait conduire à des économies d’envergure par l’entremise des différents canaux publicitaires (TV, radio, médias imprimés et en ligne ainsi que publicité extérieure). Ce qui pourrait créer une position dominante ou renforcer une position dominante préexistante.

C’est la raison pour laquelle la Comco va examiner de façon approfondie la manière dont la concentration envisagée impacte la concurrence. L’examen doit intervenir dans le délai légal de quatre mois.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)