Télécoms

La Comco passera au peigne fin le rachat d’UPC par Sunrise

Il existe des «indices que la concentration crée ou renforce une position dominante», selon la Commission de la concurrence. Sunrise y voit au contraire la possibilité de s’ériger en alternative solide face à Swisscom

La Commission de la concurrence (Comco) laisse tomber ce qu’elle appelle de premiers «indices» dans ses investigations liées au rachat d’UPC par Sunrise. Dans un communiqué diffusé lundi matin, elle évoque des risques que «la concentration crée ou renforce une position dominante sur différents marchés». Soit, du côté du câblo-opérateur, celui de l’accès aux clients finaux et des retransmissions d’événements sportifs ou vidéos à la demande. Et, de l’autre, que le secteur des opérateurs téléphoniques, où Sunrise est déjà numéro 2 (derrière Swisscom), converge de plus en plus vers un duopole.

L’organisme chargé de lutter contre les cartels se donne quatre mois pour effectuer son examen approfondi et trancher sur la viabilité de l’opération qui créerait un deuxième géant, concurrent de Swisscom sur le marché des télécoms.