La vie continue, même après une faillite aussi traumatisante que celle d'un symbole national comme Swissair. Deux ans et demi après, on peut estimer que SR Technics et Swissport s'en sortent plutôt bien. En misant sur d'anciens joyaux de SAirGroup, les différents acquéreurs de ces filiales ont fait une excellente affaire. Si Philippe Bruggisser et son équipe ont acheté au plus haut les compagnies d'aviation qu'ils convoitaient, les capital-risqueurs ont bien joué, en acquérant à bon prix les ex-filiales du groupe. Aujourd'hui, ceux-ci les font prospérer et commencent déjà à en récolter les fruits. Il est certain que Texas Pacific Group ou Candover vont réaliser une belle plus-value au moment où ils choisiront de les vendre ou de les coter en Bourse. Mais n'oublions pas que les spécialistes des investissements risqués ne font pas de cadeaux. Et que de nombreux emplois ont disparu dans cette catastrophe nationale.

Sûr que les anciens employés n'ont pas apprécié les incertitudes précédant la débâcle de Swissair. Encore moins l'anxiété d'attendre le nom de leur nouveau patron et de connaître ses projets. Désormais, ils savent à quoi s'en tenir.