Pas plus tard que l'été dernier, l'économie mondiale était en état d'alerte. Les prix du pétrole, des matières premières et de produits alimentaires étaient montés en flèche, portant gravement atteinte au pouvoir d'achat des consommateurs. Les banques centrales ont eu fort à faire pour maîtriser leur politique des taux d'intérêt pour contenir l'inflation et sans que cela ne porte atteinte à la croissance.

Désormais, les prix chutent. Mais attention, une situation dans laquelle les produits et les services sont disponibles, mais sans que les consommateurs ne puissent y avoir accès faute de pouvoir d'achat n'est pas saine. C'est la déflation et elle montre déjà sa tête aux Etats-Unis. Elle prolonge le ralentissement, oblige les entreprises à réduire, voire à cesser, leurs activités et à licencier les salariés. Bref, c'est le début d'un cercle infernal.