Qui sera le Marchionne de Clariant et Ciba? Il faudrait en effet un dirigeant de la trempe de Sergio Marchionne, qui a fait prendre au bâlois Lonza un virage stratégique capital en direction de la sous-traitance pharmaceutique, pour interrompre la descente aux enfers des deux maillons faibles de la chimie bâloise. Les groupes Ciba et Clariant ont le même genre de difficultés et s'acharnent à les résoudre chacun dans leur coin. La mise en commun des forces, des idées et des ressources semble, à ce stade, le seul espoir de maintien à Bâle d'une solide industrie chimique de base tournée vers l'innovation. Des solutions existent. L'excellente santé d'Ems-Chemie, qui doit son salut à une évolution interdisciplinaire vers l'électronique et les services, le prouve. La fusion se heurte encore à des rivalités historiques. Elle paraît logique et mettrait fin à un dangereux attentisme.