L'intérêt du géant français de l'assurance Axa pour le groupe Winterthur relance les chances de voir le groupe zurichois retrouver un nouveau propriétaire.

Au vu du faible intérêt manifesté jusqu'ici par les acquéreurs potentiels, les investisseurs s'étaient déjà préparés ou résignés à un retour en Bourse de Winterthur.

Pour Credit Suisse Group, une cession rapide de la compagnie d'assurance lui permettrait de se concentrer sur la réorientation stratégique de sa banque d'affaires CS First Boston.

Car si Winterthur a renoué avec la rentabilité, celle-ci demeure fragile. D'aucuns murmurent même que la compagnie d'assurance aurait encore besoin d'être renflouée pour répondre à de meilleures exigences de solvabilité.

La reprise par un groupe français du leader de l'assurance en Suisse constituerait en outre un nouveau défi, culturel notamment.

Au vu de ses qualités, dont celle d'être germanophone, Henri de Castries est sans doute le patron français le mieux armé pour relever ce défi.

Mais si Axa reste l'un des seuls acquéreurs de taille encore en lice, le risque majeur pour CS Group est celui de brader Winterthur pour retrouver le profil purement bancaire privilégié par les investisseurs.