«Il nous revient.» Les paroles de Patrick Odier à propos du retour au sein de Lombard Odier & Cie de Serge Ledermann en dit long sur les relations que les banquiers privés peuvent avoir avec leurs collaborateurs. Les associés des grands établissements tissent souvent des liens étroits avec leurs cadres supérieurs. Si le départ de l'un d'entre eux peut parfois être ressenti comme une véritable trahison, la structure même de ce type d'établissement a cependant longtemps interdit l'accès au plus haut niveau de la banque à des personnalités extérieures au sérail. Les temps changent. Toutes les banques s'entendent pour dire qu'il faut trouver des moyens pour attirer et retenir les meilleurs éléments. Serge Ledermann, qui a bâti l'une des plus belles affaires de gestion institutionnelle de la place, pourrait devenir un jour ou l'autre le huitième associé de la seconde banque privée genevoise. Quoi qu'il advienne, Lombard Odier & Cie a donné hier un signal fort au marché. Après le départ d'Anton Affentranger, la banque montre qu'elle attire toujours les grandes personnalités du secteur.