Six ans après le début de l'enquête menée par la Commission européenne, les consommateurs verront donc bientôt ses premiers effets dans les magasins d'informatique. Bien sûr, la mesure est loin d'être spectaculaire. Windows sans le logiciel Media Player? Il y a fort à parier que de nombreux utilisateurs de PC ne verront pas la différence, ou qu'ils téléchargeront le logiciel à la première invite apparaissant à l'écran.

Six ans de procédure pour en arriver à cette contrainte symbolique, cela en valait-il bien la peine? Oui, sans aucun doute. D'abord parce que Microsoft, détenteur d'une quarantaine de milliards de dollars en cash, est insensible aux amendes. Ensuite parce que le retrait de Media Player est un premier signal fort adressé à la firme de Bill Gates. Détenteur de 95% de parts de marché sur PC, Microsoft possède de réelles responsabilités. La firme ne peut plus se permettre d'évincer toute concurrence dans un marché aussi important que celui des lecteurs multimédias. A l'heure où l'éditeur se lance dans les logiciels de sécurité et qu'il grignote rapidement des parts de marché dans les systèmes d'exploitation pour téléphones mobiles, le signal adressé par Bruxelles est donc bienvenu.