Swisscom est pressé. Revendre des dizaines de chaînes de télévision à plus de 60 câblo-opérateurs ne lui suffit pas. Il veut désormais prendre une part importante du marché de la télévision. «Swisscom ne doit être présent que sur les marchés qu'il peut dominer», affirme son directeur Jens Alder. Pour le consommateur, disposer d'une véritable offre alternative à Cablecom pour la télévision est réjouissant, d'autant que Swisscom propose des services aussi utiles que simples à utiliser.

Mais un malaise subsiste. D'abord parce que tant Bluewin TV 300 que la téléphonie via Internet ne sont encore que des demi-produits, encore très chers. La plupart des consommateurs attendront certainement une véritable offre de TV via ADSL à un prix raisonnable. Ils ne s'intéresseront pas à la téléphonie via Internet de Swisscom avant qu'elle n'offre des tarifs décents. Du coup, l'opérateur donne l'impression de vouloir avancer beaucoup trop vite sur des nouveaux marchés pour lui, pour lesquels il n'est pas véritablement prêt. Swisscom aurait sans problème pu attendre six mois et présenter des produits plus aboutis. Mais le directeur de Swisscom Fixnet l'a martelé hier, la conquête du salon par l'opérateur ne peut plus attendre.