Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le Mall of Switzerland à Ebikon, dans le canton de Lucerne.
© ALEXANDRA WEY/KEYSTONE

Magasins

Le commerce de détail a perdu 6000 points de vente depuis 2010

Les sociétés ou les marques «trop petites» et «au positionnement flou» ont particulièrement souffert, selon une étude de l’institut GfK

Le commerce de détail en Suisse a perdu environ 6000 points de vente entre 2010 et 2017, indique l’institut d’études GfK dans son étude annuelle consacrée au secteur. A l’inverse, le nombre de boutiques en ligne répertoriées en Suisse dépasse désormais les 10 000.

La Poste est l’entreprise qui a essuyé le plus grand nombre de fermetures de filiales, avec une chute de 35% entre 2010 et 2017. Le nombre de points de vente a diminué également parmi les magasins spécialisés dans les produits non alimentaires, notamment les articles de sport et multimédia (-28%), les livres (-27%) et l’habillement (-12%). Dans ce dernier secteur, l’assainissement n’est pas encore terminé et devrait se poursuivre en 2018, notent les auteurs de l’étude.

Lire aussi: OVS, la débâcle helvétique

Progression pour Denner, Aldi Suisse et Lidl

A l’inverse, certains secteurs ont enregistré une hausse du nombre de points de vente, notamment les magasins alimentaires à bas prix (+31%), la parfumerie et les cosmétiques (+26%) ainsi que le mobilier (+16%) et les stations-services et commerces de proximité (+12%).

Les discounters Denner, Aldi Suisse et Lidl ont tous enregistré une nette progression de leur chiffre d’affaires en 2017, avec des hausses respectives de 3%, 2,6% et 10%, selon les estimations de GfK. Lidl s’est même hissé en septième position des plus grands détaillants en Suisse, enregistrant des ventes de 1,1 milliard de francs.

A titre de comparaison, le distributeur traditionnel Migros a vu son chiffre d’affaires reculer de 0,7%, à 14,3 milliards, l’année dernière, tandis que le concurrent Coop a vu ses ventes progresser de 0,7%, à 12,8 milliards.

Contexte de marché saturé

Avec un repli des ventes de 0,9% en 2017, le commerce de détail dans son ensemble a reculé moins fortement que lors des deux années précédentes. La situation devrait toutefois rester difficile en 2018 dans un contexte de marché saturé, même si des signaux positifs se sont fait sentir. Ainsi, sur les cinq premiers mois de l’année, le commerce de détail suisse a enregistré une hausse des chiffres d’affaires de 0,7%, note GfK.

Lire également: Les commerçants suisses ne profitent pas du boom du shopping en ligne

En plus du tourisme d’achat, qui se maintient à un haut niveau, la numérisation fait partie des grands défis des commerçants. Ainsi, dans le commerce à distance, c’est-à-dire la vente en ligne et par correspondance, les ventes ont progressé de 10% en 2017, à 8,6 milliards de francs, relève l’institut.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)