Dopées par les produits chimiques et pharmaceutiques, les exportations ont atteint un nouveau pic historique à 63,11 milliards de francs, a signalé l’administration fédérale des douanes (AFD) mardi dans son relevé périodique.

En termes nominaux, l’évolution a été de +3,7% par rapport au trimestre précédent, et en termes réels, c’est-à-dire corrigé de l’inflation, de +2,5%. Depuis le premier trimestre 2021, les exportations évoluent à nouveau au-dessus de leur niveau d’avant la pandémie de Covid-19.

Importations en hausse, mais inférieures à 2019

Les importations également se sont renforcées (+2,6% nominal, +1,1% réel) repassant la barre des 50 milliards de francs, mais restant encore inférieures de 2,5 milliards à leur niveau record du troisième trimestre 2019, précise l’AFD.

La balance commerciale s’est également inscrite à un niveau historique, avec un excédent trimestriel de 12,56 milliards de francs, à comparer aux 11,59 milliards du second partiel et aux 7,61 milliards du troisième trimestre 2020.

Les produits chimiques et pharmaceutiques, en hausse de 3,9% par rapport au trimestre précédent, ont contribué à eux seuls à plus de la moitié de ce bond des exportations, sous l'impulsion en particulier des produits immunologiques qui entrent dans la composition de vaccins.

Le secteur des machines et de l'électronique, deuxième poste d'exportations de la Suisse, a progressé de 2,7% par rapport au trimestre précédent, porté par les machines-outils, les douanes relevant que les exportations du secteur se rapprochent de leur niveaux d'avant-pandémie.

L'évolution des exportations n'en a pas moins été «très disparate», ont précisé les douanes dans le communiqué.  Ces chiffres trimestriels masquent également une légère contraction des exportations en septembre, en baisse de 0,2% par rapport au mois d'août.

Les exportations horlogères en hausse

Les exportations horlogères ont elles poursuivi sur leur lancée positive en septembre. Leur chiffre d’affaires s’est inscrit à 1,88 milliard de francs, ce qui représente une hausse de 16,6% sur un an, l'année 2020 ayant été affectée par la pandémie, rapporte encore l’Administration fédérale des douanes.

Par rapport à septembre 2019, la hausse est de 3,1%. «Le troisième trimestre a encore subi un effet de base favorable, dans la mesure où la période correspondante en 2020 faisait toujours face aux conséquences de la pandémie», rappelle mardi la Fédération de l’industrie horlogère suisse (FH). Les volumes envoyés à l’étranger ont en revanche continué à se replier (-16,5% sur deux ans).

Au niveau des marchés, les Etats-Unis (+28,5% sur deux ans) et la Chine (+45,3%) jouent comme à l’accoutumée leur rôle de locomotive. Hong Kong (-20,4%), le Japon (-21%), respectivement troisième et cinquième pays les plus importants en termes de recettes, se sont repliés tandis que le Royaume-Uni (+12,8%), en quatrième position, il s’est renforcé. Les autres pays européens importants ont pris des voies disparates. La France (+4,1%) a avancé tandis que l’Allemagne (-4,5%) et l’Italie (-20%) ont cédé du terrain.

Lire aussi:  Les exportations horlogères sont proches de leur niveau de 2019