Après la crise de 2008, une réflexion sur la régulation du secteur bancaire a été mise en place. Les accords de Bâle III, finalisés en 2017, doivent désormais être définitivement intégrés par les 27 pays qui constituent le Comité de Bâle. Ils visent à imposer aux banques des mesures concernant leurs capitaux en termes de qualité et de quantité. Mercredi, le Conseil fédéral a modifié l’ordonnance sur les fonds propres qui transpose ces normes dans le droit suisse.