C’est une petite déflagration. Après une semaine d’hésitation sur sa capacité à assurer ses fonctions, le Parlement européen a rejeté jeudi la nomination de Sylvie Goulard à l’influent portefeuille du marché intérieur, de la défense, de l’économie numérique passant aussi par la politique spatiale, voire la désinformation.

Emmanuel Macron, qui a critiqué dans la foulée la «petitesse» de ce vote, devra donc soumettre à l’Allemande une ou un nouveau candidat, et si possible rapidement: la Commission Von der Leyen est en effet censée prendre ses fonctions au 1er novembre.