Swiss avance dans les négociations syndicales. La compagnie d'aviation a signé lundi avec plusieurs partenaires une nouvelle Convention collective de travail (CCT) pour le personnel au sol. Elle entrera en vigueur le 1er avril prochain. Près de 2000 employés sont concernés. Un plan social lié au «concept d'assainissement en cours» est également prévu, selon Swiss.

Ce document a été adopté par une délégation composée de la SEC Suisse, de SSP Transport aérien et de PUSH. Il a été l'objet d'âpres négociations depuis janvier 2005. Les syndicats exigeaient la garantie de conserver les postes de travail durant trois ans après la reprise de Swiss par Lufthansa, ainsi que le renouvellement de la CCT résiliée au 31 mars 2005. Les détails de l'accord seront connus à la fin du mois. Responsable du SSP, Daniel Vichter a assuré être satisfait du résultat des négociations. Les organes dirigeants des différentes parties doivent encore le ratifier.

La compagnie cherche à acheter la paix sociale afin d'être reprise par Lufthansa dans les meilleures conditions. De leur côté, les employés tentent d'obtenir le maximum avant que Swiss ne passe en mains allemandes.

Les anciens pilotes de Crossair dans l'incertitude

Tout n'est pas réglé pour autant. Les tractations se poursuivaient lundi entre la direction de Swiss et SEV-GATA, le syndicat majoritaire du personnel au sol. De plus, les pilotes de l'ex-Crossair regroupés au sein de Swiss Pilots Association (SPA) rejettent le plan de restructuration publié à la mi-janvier. Un tribunal arbitral leur a donné raison. Ce plan touche davantage les pilotes de l'ex-Crossair que ceux de l'ex-Swissair. Un point contraire aux accords signés entre les divers partenaires. Les coupes devaient toucher de manière symétrique les capitaines des deux compagnies.

Cela étant, la convention collective des pilotes «SPA» arrive à échéance fin octobre. A cette date, Swiss pourra agir comme bon lui semble. Les ex-Crossair se retrouveront sans contrat. «Notre intérêt est de trouver un accord, mais pas à n'importe quelle condition», confie Christoph Frick, porte-parole de SPA.

Swiss a annoncé son intention de se séparer de 800 à 1000 collaborateurs, et de supprimer 13 vols régionaux, afin d'atteindre les chiffres noirs en 2006.