Au moment où de plus en plus d'Etats américains assouplissent le confinement, les principales compagnies aériennes du pays ont annoncé lundi le renforcement des mesures de protection de leur personnel navigant et de leurs passagers pour éviter la propagation du coronavirus.

Depuis la mi-mars, les avions de toutes les compagnies ont été désertés par les passagers contraints de rester chez eux dans un effort pour contenir la pandémie de Covid-19. La plupart des vols transatlantiques ont par ailleurs été suspendus sur ordre de la Maison-Blanche.

Lire aussi: Un plan de sauvetage pour les compagnies aériennes américaines

Mais depuis quelques jours, certains Etats américains dont la Géorgie, le Tennessee, le Texas ou l'Alaska et le Colorado ont commencé à relâcher les mesures draconiennes, faisant redouter une hausse de la fréquentation des passagers aériens à brève échéance. Pour rationaliser leurs coûts, les compagnies avaient en outre tendance à annuler ces dernières semaines plusieurs vols pour regrouper les passagers dans un même avion.

Le port du masque chez les employés de Delta

Dans un mémo destiné à ses employés et transmis à l'Agence France-Presse (AFP), Delta Air Lines annonce ainsi que dès mardi, le port du masque ou équivalent sera obligatoire pour «tous les employés» qui ne peuvent pas respecter les règles de distanciation sociale.

Le port du masque obligatoire chez les personnels navigants est conforme aux recommandations des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) pour empêcher la transmission du virus à partir d'interactions personnelles rapprochées. Cette mesure «est temporaire et restera en vigueur jusqu'au 30 juin, date à laquelle nous réévaluerons et mettrons à jour au besoin», explique Delta dans son mémo.

Lire également: Les Etats volent au secours du secteur aérien

«Nous recommandons fortement à nos clients de porter des masques», a également indiqué à l'AFP une porte-parole, ajoutant que la compagnie mettrait des masques à leur disposition à ses comptoirs d'enregistrement, à ses portes d'embarquement et dans ses avions.

La distanciation sociale dans les airs et au sol

Les personnels navigants d'American Airlines porteront tous, eux aussi, des masques. Mais à partir de samedi, a annoncé la compagnie lundi. Et celle-ci commencera en parallèle à distribuer masques, lingettes et désinfectant à ses clients. 

Faute de pouvoir imposer le masque à tous leurs passagers, les compagnies ont promis de renforcer le nettoyage de leurs appareils, «dès cette semaine», s'agissant d'American Airlines.

De son côté, United Airlines exige déjà le port des masques pour ses personnels de bord et invite ses «clients à suivre les directives de leurs responsables locaux et des CDC», a expliqué à l'AFP un porte-parole de la compagnie. Selon lui, la compagnie a également commencé à prendre «des mesures supplémentaires pour promouvoir la distanciation sociale dans les airs et au sol pour un voyage encore plus sûr».

Lire encore: Les compagnies aériennes se protègent face au coronavirus

«D'ici la fin avril, nous prévoyons d'apporter des modifications supplémentaires et temporaires à nos politiques sur tous les vols United et United Express concernant (l'utilisation) des sièges et procéder à des ajustements pour l'embarquement» des passagers, a expliqué un porte-parole. United va en particulier fluidifier l'embarquement pour éviter l'engorgement notamment au moment où les passagers prennent place dans l'avion et répartir les passagers dans l'avion. Ces mesures devraient rester en place jusqu'au 31 mai.

Un tweet pour la prise de conscience

Toutes ces mesures sont annoncées au lendemain d'un tweet de la présidente de la fédération des personnels navigants, Sara Nelson, dénonçant la légèreté des mesures de protection à bord des avions américains.

A l'appui d'une photo montrant l'avion bondé d'une compagnie qui n'a pas été identifiée, avec des passagers debout ne respectant pas la distanciation sociale dont certains sans masque, elle a tweeté, visiblement irritée: «CA SUFFIT! C'était AUJOURD'HUI sur un vol de quatre heures». Et de demander aux ministères des transports et de la santé de rendre obligatoire le port des masques dans les aéroports et à bord des avions.

L'ancien candidat à la primaire démocrate, le sénateur indépendant Bernie Sanders, a lui-même emboîté le pas à la syndicaliste en retweetant son message. «L'échec de l'administration Trump à exiger que tout le monde porte des masques dans les aéroports et les avions ne fera que provoquer davantage de maladies et de décès», a-t-il commenté. Il estime que les agents de bord et les employés des compagnies aériennes mettent leur vie et leur santé en danger.