Le constructeur automobile japonais Nissan a annoncé mardi la suspension de trois lignes de production au Japon, faute de pouvoir importer par avion certains composants produits en Irlande en raison du chaos aérien provoqué par l’éruption du volcan islandais. Nissan va arrêter à partir de mercredi, et pour une durée indéterminée, une des deux lignes de production de son usine d’Oppama, dans la banlieue de Tokyo, et les deux lignes de son usine de Kyushu, dans le sud de l’archipel.

Ces lignes produisent les modèles Cube, Murano et Rogue destinés au marché nord-américain, a précisé un porte-parole de Nissan, Mitsuru Yonekawa. La suspension affectera la production d’environ 2000 véhicules par jour. «Ces voitures sont équipées de systèmes d’air comprimé qui sont importés d’Irlande par avion», a expliqué Mitsuru Yonekawa. «L’interruption de la production est liée aux perturbations du trafic aérien», a-t-il ajouté.

Les agences de voyage subissent aussi: – 4,9% pour Kuoni, et – 1,1% pour TUI. Idem pour le groupe bâlois Dufry (–3,1%), actif dans les boutiques hors taxe.

En Corée du Sud, Samsung et LG ont indiqué être dans l’incapacité d’honorer les livraisons d’environ 200’000 téléphones portables représentant une valeur de 30 millions de dollars. En Chine, des milliers d’usines de la province méridionale du Guangdong, souvent surnommée «l’atelier du monde», ont accusé de nombreux retards de livraisons, selon Dennis Yau, directeur de la Fédération des industries de Hong Kong. Des acheteurs européens ont d’ores et déjà annulé tous leurs rendez-vous avec leurs fournisseurs chinois. «Heureusement, le pic de la saison pour les livraisons commence en mai. Mais si cela dure au-delà de cette semaine, il y aura des problèmes», a averti Dennis Yau.

Le chaos aérien a perturbé jusqu’à l’industrie du sushi et les importateurs japonais de poisson sont privés depuis plusieurs jours de saumon frais de Norvège. «Rien ne nous parvient. Je prie pour que ces perturbations finissent rapidement», se lamente un vendeur de Tsukiji, le plus grand marché aux poissons du monde, sur la baie de Tokyo. Il n’a plus que trois tranches de saumon sur l’étal de sa petite échoppe, qui en écoule d’ordinaire quelque 20 kilogrammes par jour.

Aer Lingus perd jusqu’à 5 millions d’euros par jour

Ce tandis que d’autres compagnies aériennes annoncent leurs pertes. La compagnie irlandaise Aer Lingus a annoncé mardi que la fermeture de l’espace aérien provoquée par l’éruption d’un volcan islandais lui avait coûté jusque-là entre 15 et 20 millions d’euros, soit 4 à 5 millions d’euros par jour. Dans un communiqué publié à la Bourse de Dublin, Aer Lingus a indiqué que 1100 de ses vols avaient été annulés en cinq jours, jusqu’à lundi.

Les coûts à venir «dépendront des tendances en matière d’annulations», a précisé Aer Lingus, qui dit avoir «d’importantes réserves d’argent frais» et pouvoir «supporter une fermeture prolongée de l’espace aérien». L’Irlande a repoussé jusqu’à «au moins» 12h00 GMT mardi la réouverture de son espace aérien, qui était initialement prévue à 04h00 GMT, en raison de nouvelles inquiétudes sur le nuage de cendres émis par le volcan islandais en éruption. Selon la Irish Aviation Authority (IAA), l’autorité irlandaise de contrôle aérien, les dernières informations météorologiques laissent entendre qu’un nouveau nuage de cendres pourrait apparaître sur l’Irlande à partir de 12h00 GMT mardi.

British Airways a assuré que le chaos actuel est pire qu’après le 11 septembre 2001. La compagnie estime perdre entre 15 et 20 millions de livres (entre 24 et 33 millions de francs) par jour en raison des pertes de revenus, mais également des coûts engendrés par les mesures de soutien aux passagers.

L’Association internationale du transport aérien (IATA) qui représente 230 compagnies aériennes assurant 93% du trafic commercial international a estimé que la paralysie du trafic aérien coûtait plus de 200 millions de dollars (212 millions de francs) au secteur par jour. Air France-KLM les évalue ses pertes à 50 millions de francs, la scandinave SAS à 29 millions d’euros en quatre jours et le secteur du contrôle aérien européen – dont fait partie le suisse Skyguide – à 25 millions d’euros. La compagnie Emirates perd 12 millions de francs par jour, Qantas 1,6 million. Ni Swiss, ni Lufthansa n’ont évoqué d’estimations.

Les pertes des compagnies aériennes d’Asie-Pacifique, clouées au sol en raison du nuage de cendres volcaniques venu d’Islande, sont estimées jusqu’à 40 millions de dollars par jour, a affirmé mardi l’Association des Compagnies d’Asie-Pacifique (AAPA). Les titres des compagnies aériennes piquaient toutes du nez lundi: malgré des perspectives d’aides étatiques.

Et de nombreux espaces aériens resteront fermés mardi

Ce alors que les espaces aériens de nombreux pays européens restent fermés. Le Danemark a annoncé que ses aéroports n’ouvriront pas avant mercredi. L’espace aérien hongrois, qui s’était rouvert lundi, est à nouveau fermé. A l’aéroport de Budapest, seuls quelques avions ont pu décoller, la majorité des aéroports de destination ne pouvant pas accueillir leurs avions. La Norvège a également de nouveau fermé mardi matin une partie de son espace aérien dans le sud-ouest du pays.

En Suisse, l’espace aérien a rouvert et les vols reprennent, lentement.