Les pertes des compagnies aériennes d’Asie-Pacifique, clouées au sol en raison du nuage de cendres volcaniques venu d’Islande, sont estimées jusqu’à 40 millions de dollars par jour, a affirmé mardi l’Association des Compagnies d’Asie-Pacifique (AAPA).

«Toutes les parties concernées doivent procéder de façon urgente à un examen de la situation globale afin de disposer de toutes les informations sur la véritable nature du nuage de cendres en Europe», a déclaré Andrew Herdman, directeur général de l’AAPA. «Cela doit être une priorité en termes économiques et politiques», a-t-il dit.

Le trafic aérien reprend progressivement mais de manière chaotique mardi en Europe après cinq jours de rudes épreuves pour des millions de passagers suite à l’éruption du volcan islandais qui continue à se montrer menaçant.

Cette reprise se fait sous la pression du secteur aérien qui a ouvertement critiqué les restrictions de vol, excessives à ses yeux.

200 millions de dollars par jour

L’Association internationale du transport aérien (IATA) qui représente 230 compagnies aériennes assurant 93% du trafic commercial international a estimé que la paralysie du trafic aérien coûtait plus de 200 millions de dollars (147,3 millions d’euros) au secteur par jour.