Technologie 

La compliance devient plus technologique

De nouveaux logiciels d’analyse de la clientèle fournissent des quantités de données plus importantes, et déjà en partie analysées. De quoi remplacer le travail humain à brève échéance? L’avis d’experts

Dans la gestion de fortune, une bonne partie du travail d’un banquier consiste dorénavant à refuser des clients potentiels. Plus précisément, à établir leur profil économique, vérifier que leurs capitaux ne sont pas issus du blanchiment, ou encore s’assurer qu’il ne s’agisse pas de personnalités politiques. Pour éventuellement décider que telle ou telle personne ne deviendra pas cliente. Les enjeux sont énormes, un seul client toxique pouvant donner l’image qu’un établissement est un repaire d’argent sale. Les nouvelles technologies permettent d’obtenir de surprenantes quantités d’informations et facilitent largement le travail des spécialistes de la compliance, qui effectuent justement ces vérifications. Jusqu’à les remplacer prochainement?

Lire aussi: MiFID II: davantage de transparence, c’est aussi plus de documents