Economie

«Ce qui compte, c'est de bien connaître le secteur»

Thomas Rauch, analyste chez Credit Suisse, a lui aussi suivi ce débat de

Thomas Rauch, analyste chez Credit Suisse, a lui aussi suivi ce débat de plus en plus polémique sur les prévisions trimestrielles. Son avis est déjà bien tranché. «Je suis tout à fait en faveur de ce mouvement qui cherche à mettre un terme à la pratique des prévisions trimestrielles», assure-t-il d'emblée. Il explique que, selon lui, «cette concentration sur le court terme se fait au détriment du développement à long terme des entreprises». Les chefs d'entreprise sont souvent obligés de revoir leurs priorités pour être sûrs de fournir des résultats trimestriels en accord avec les prévisions qu'ils ont données. En outre, ces derniers se trouvent amenés à gérer les attentes de Wall Street (surprise management) en les battant chaque fois pour créer la surprise et provoquer un bond du cours de l'action. «Le coût de fournir ces données de manière trimestrielle est très important pour les entreprises.»

Enfin, «ces chiffres poussent les analystes à se concentrer sur le court terme» alors que la santé de l'entreprise n'est pas forcément bien prise en compte par ces données. Une entreprise peut traverser un mauvais trimestre sans pour autant que ses fondamentaux soient en cause.

Lorsqu'on lui demande si la suppression des prévisions à trois mois ne représente pas un risque pour son métier, il reconnaît qu'avec l'arrêt de ces guides, «les risques sont bien évidemment plus grands pour les analystes de se tromper». Toutefois, il précise que «ce qui compte vraiment pour être un bon analyste, ce n'est pas tant les chiffres de prévision à court terme mais bien plus la connaissance du secteur d'activité». L'expertise ne se fonde pas sur les prévisions fournies par les entreprises, mais sur les relations que l'analyste a su construire avec le management des sociétés.

Enfin, il «approuve l'idée du CFA Institute d'ajuster la périodicité des prévisions au cycle de vie de l'entreprise».

Publicité