L’heure des réquisitions et des plaidoiries est venue au procès en appel d’UBS et d’UBS France, ouvert le 8 mars dans l’ancien Palais de justice de Paris. Prévus pour s’achever ce mercredi à la mi-journée, les débats seront suivis d’un nouveau suspense, jusqu’à l’énoncé du jugement qui pourrait intervenir avant l’été. Suspense sonnant et trébuchant, lesté par l’amende prononcée en première instance contre la banque suisse reconnue coupable de «démarchage bancaire illicite» et de «blanchiment aggravé de fraude fiscale»: 3,7 milliards d’euros, plus 800 millions d’euros de dommages et intérêts à payer solidairement par les prévenus, dont six anciens cadres des deux banques. Cette fois, l'accusation a rabaissé ses exigences à «au moins deux milliards d'euros».

A ce sujet: Deux milliards d’euros d’amende requis contre UBS en appel