En Suisse, la consommation de jus d’orange est stable: d’année en année, on en importe entre 30 et 40 millions de kilos, principalement du Brésil. En ces temps de pandémie, la chaîne d’approvisionnement est bousculée mais les foules, confinées, semblent avoir plus soif que jamais. En 2020, les importations ont massivement augmenté: plus de 17 millions de kilos de janvier à avril, contre moins de 12 millions sur la même période l’an dernier et les prix sont en hausse, selon les douanes. Comme d’habitude, le nectar arrive surtout du Brésil.

Une enquête publiée ce lundi par Public Eye, sur les conditions de travail dans les cultures d’oranges au pays de Jair Bolsonaro, tombe donc à pic. Lors d’un séjour dans l’Etat de São Paulo en février, un enquêteur de l’ONG helvétique s’est penché sur le cas des fournisseurs ou autres filiales d’un géant des matières premières siégeant à Genève, Louis Dreyfus Company (LDC).