Il y a de la concurrence sur le marché des écouteurs sans fil. Jusqu’à présent, Apple semblait y régner en maître, avec ses AirPods au design reconnaissable de loin. Mais les choses changent. Le sud-coréen Samsung a lancé plusieurs modèles, ainsi que l’allemand Sennheiser et le chinois Huawei. Aucun fabricant ne veut manquer un marché d’apparence très lucratif avec des accessoires qui se vendent cher.

Ainsi, les AirPods standards coûtent aujourd’hui 179 francs. Pour 100 francs de plus, le modèle Pro intègre une réduction active du bruit et une résistance à l’eau et à la transpiration. Face à ces accessoires stars, nous avons testé deux concurrents: le modèle CX 400BT True Wireless de Sennheiser, vendu 229 francs, et les Freebuds Pro de Huawei, commercialisés 179 francs.

Lire aussi: Huawei multiplie les opérations de charme en Suisse

Design surprenant

Commençons par les accessoires de Sennheiser. Les écouteurs sont livrés, comme pour les AirPods, dans un petit boîtier qui sert aussi de station de charge. On est au départ surpris par le design des écouteurs: ils sont d’abord relativement lourds (6 grammes chacun) et d’apparence massif, avec un petit embout et ensuite un cube plutôt imposant. Mais à l’usage, avec notamment la possibilité de changer les embouts, leur utilisation est très agréable et le poids n’est pas un souci.

La mise en route n’est ensuite pas des plus agréables. Avec un iPhone 11 Pro (iOS 14.1), il a fallu un moment pour que les écouteurs soient appairés. Sennheiser permet, via une app, de configurer finement ses accessoires. On a d’abord essayé de mettre à jour le micrologiciel des écouteurs: après cinq tentatives infructueuses, on abandonne. Mais l’app se révèle terriblement utile pour paramétrer le son (grave et aigu par exemple) et les commandes: taper deux fois l’écouteur droit pour passer au morceau suivant, garder le doigt appuyé sur l’écouteur gauche pour baisser le volume, etc.

Commandes aisées

Les écouteurs répondent remarquablement bien aux commandes et c’est un de leurs points forts. On est en cela aidé par leur surface: il est facile de les toucher d’un doigt pour ajuster le volume ou passer au morceau suivant. Le son est d’excellente qualité, il n’y a pas de distorsion et le micro offre de bons résultats. De très bons écouteurs, dotés d’une batterie de bonne facture (sept heures de manière indépendante, plus de treize heures avec le boîtier de charge). On regrette juste qu’il n’y ait pas de système de réduction du son ambiant.

Passons maintenant aux Freebuds pro de Huawei. Comme de nombreuses autres sociétés chinoises, cette firme a imité Apple avec un boîtier blanc qui ressemble à celui des AirPods. C’est plutôt réussi, sauf sur un point, important: il n’est vraiment pas facile d’extraire les écouteurs de leur boîtier… Difficile de comprendre comment Huawei a pu se tromper sur ce point.

Les écouteurs, qui sont eux aussi fournis avec plusieurs embouts, sont en revanche très bien conçus et très agréables à porter. Leur design est intéressant, avec en dessous une petite tige, aux bouts non pas arrondis, mais anguleux.

Pas d’app pour iOS

Côté app pour la configuration des écouteurs, c’est simple, il n’y a rien pour l’iPhone. Huawei n’a pas (encore, sans doute) développé d’app pour iOS (elle existe pour Android), ce qui est un peu surprenant. Il faut donc s’en remettre au «quick start guide» papier fourni dans la boîte pour découvrir les commandes des écouteurs: glisser le doigt sur une petite tige vers le bas pour baisser le volume, taper deux fois pour passer au morceau de musique suivant… Des commandes logiques, mais bien difficiles à utiliser en réalité. Durant notre test, les écouteurs ont non seulement souvent bougé lors de ces manipulations, mais en plus, il a souvent fallu s’y reprendre à plusieurs reprises pour obtenir le résultat désiré. En consultant des tests réalisés par des sites spécialisés, on constate que ces problèmes n’ont pas été décelés – il s’agit donc sans doute d’un souci isolé.

Lire aussi: Apple, un dilemme à 10 milliards de dollars

La qualité sonore est très bonne, notamment pour les basses, et le micro offre de bons résultats. On apprécie aussi la réduction active du bruit – elle est disponible en trois modes, qui peuvent être notamment paramétrés dans l’app, ce que nous n’avons pas pu faire sur un iPhone. L’autonomie est très bonne avec 6h30 de manière autonome, mais de 4h30 lorsque la réduction du bruit est activée. Le boîtier permet de tripler cette autonomie avec trois charges possibles, ce qui est tout à fait satisfaisant.

Au final, les AirPods ont face à eux des concurrents sérieux, mais perfectibles.