Cryptomonnaie

Au Congrès, le patron de Facebook concède que Libra n’est pas prêt

Mark Zuckerberg s’est expliqué, avec difficulté, face au Congrès américain sur le projet de monnaie que Facebook compte lancer à partir de 2020. Il fait face à des critiques de nombreux gouvernements dans le monde

Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, a répondu à de nombreuses questions et accusations sur Libra face au Congrès, concédant qu'il était loin d'être finalisé et que les ambitions de la Libra pourraient être revues à la baisse. «Clairement, nous n'avons pas encore verrouillé exactement comment cela va fonctionner», a-t-il admis mercredi.

Lire aussi: David Marcus: «Facebook ne sera pas le seul maître de la libra»

Libra est le projet de monnaie de Facebook censée offrir à partir de courant 2020 un nouveau mode de paiement en dehors des circuits bancaires traditionnels, permettant d'acheter des biens ou d'envoyer de l'argent aussi facilement qu'un message instantané. «L'objectif de Libra c'est d'abord d'innover et de construire un système de paiement mondial, plus que de créer une nouvelle monnaie», a-t-il précisé.

Menace de la souveraineté monétaire des Etats

Un tel système serait beaucoup moins ambitieux, a avoué Mark Zuckerberg lors de cette audience devant la Commission parlementaire des services financiers au Congrès à Washington. «Il y a déjà des discussions à ce sujet, sur l'intérêt de construire un système de paiement à partir d'une monnaie souveraine spécifique plutôt qu'une nouvelle monnaie adossée à un panier de devises».

Facebook assure cependant que la Libra pourrait contribuer à faire baisser les coûts des transferts d'argent dans le monde et ainsi faciliter l'accès aux services financiers pour les personnes exclues des circuits bancaires traditionnels, notamment les migrants qui envoient de l'argent à leur famille.

Lire aussi: Comment Facebook veut sauver la libra

Mais le projet fait face à des critiques prononcées voire des rejets complets de la part de nombreux gouvernements dans le monde, qui y voient une menace pour la souveraineté monétaire des Etats, et des risques en termes de blanchiment d'argent et de protection des données personnelles des utilisateurs.

«Libra est séparée de Facebook»

Interrogé sur la possibilité de relier la Libra uniquement au dollar américain, Mark Zuckerberg a répondu que «la communauté (de partenaires) était divisée sur cette question». Il a concédé que ce serait plus simple du point des vue des régulateurs, mais que la nouvelle monnaie «serait peut-être moins bien accueillie dans certains endroits si elle est basée à 100% sur le dollar».

Il a répété à plusieurs reprises que la Libra, gérée par une association indépendante (composée d'entreprises et organisations à but non lucratif), ne serait pas lancée avant d'avoir obtenu tous les feux verts nécessaires des régulateurs. «L'association Libra est séparée de Facebook. Si je vois que nous n'arrivons pas à continuer en accord avec les principes que j'ai établis, alors Facebook se retirera du projet», a assuré Mark Zuckerberg.

«Facebook a laissé passer des interférences dans les élections, divulgué des données personnelles, enfreint les lois sur les droits et libertés, entre autres scandales. Et maintenant ils essaient de prendre encore plus de contrôle en créant ce mystérieux «ZuckBuck?» Hors de question !», a tweeté la présidente démocrate de la commission, Maxine Waters, après son réquisitoire à l'ouverture de la session.

Le patriotisme économique comme argument

Le jeune milliardaire a fait face pendant plusieurs heures à des questions, voire à des accusations enflammées, sur des sujets allant de la liberté d'expression aux discriminations contre les minorités en passant par la pédopornographie ou la vaccination. Mais quelques élus républicains se sont montrés ouverts au projet de monnaie numérique, au nom d'un certain patriotisme économique.

«J'ai mes doutes sur Facebook et la Libra. Mais si l'histoire nous a appris quelque chose, c'est qu'il vaut mieux être du côté de l'innovation américaine», a ainsi estimé Patrick McHenry.

Mark Zuckerberg s'est, en effet, placé sur le terrain géopolitique pour défendre la Libra. Elle permettra, selon lui, de «perpétuer la prédominance du système financier américain» dans le monde, notamment vis-à-vis de la Chine. Il a expliqué que Pékin se préparait à lancer un partenariat public-privé dans le secteur des cryptomonnaies, «qu'ils sont bien décidés à exporter dans le monde». Les élus, selon lui, devraient «bien soupeser les risques d'un nouveau système par rapport aux menaces que représenterait un système financier chinois qui deviendrait le standard» dans le monde.

Lire aussi: Comment Genève veut profiter de la libra

Mais plusieurs représentants se sont montrés offusqués que l'association Libra soit basée en Suisse (pour asseoir la monnaie comme un système mondial) et non aux Etats-Unis. «Vous avez suffisamment d'influence pour faire ça à la maison», lui a fait remarquer Lance Gooden, un élu texan.

Publicité