Nous restons optimistes pour les actions européennes d'ici à la fin de l'année. Nous pensons que les actions européennes bénéficient de plusieurs catalystes.

Tout d'abord une faible valorisation: avec un ratio Cours/Bénéfice estimé 2007 proche de 14, les titres européens sont valorisés à un niveau bien inférieur de la moyenne de 15,1 enregistrée depuis 1991.

Ensuite, une dynamique de croissance des bénéfices en accélération: nous prévoyons une hausse de +8,4% des bénéfices des sociétés européennes en 2007, et +10,1% en 2008.

Cette accélération est en grande partie le résultat d'une bonne croissance économique (+2,5% en 2007) soutenue par la consommation.

Grâce à la baisse rapide du nombre de demandeurs d'emploi en Europe, notamment en France, où le taux de chômage est au plus bas depuis 22 ans, et en Allemagne, ou il est au plus bas depuis 12 ans, la consommation retrouve une dynamique qui avait à peu près disparu depuis le début des années 2000.

Pour certains pays comme l'Allemagne et la Suisse, un dernier catalyste intervient: une croissance mondiale très élevée (+5,2% attendus en 2007) dopant les exportations de biens de consommation et de biens d'équipement.

Si nous restons positifs sur les actions européennes d'ici à la fin de l'année, nous n'excluons pas à court terme une certaine montée de la volatilité des marchés, qui s'est déjà amorcée depuis quelques jours.

De telles corrections sont fréquentes dans un «bull market» et marquent une vague de prises de bénéfices plutôt que de retournement de tendance.