Le conglomérat américain General Electric (centrales, moteurs d’avion, appareils médicaux, éoliennes, transport, équipements pétroliers…) a déposé une plainte, jeudi, contre Siemens Energy, accusant son concurrent allemand d'avoir utilisé des informations confidentielles pour gagner des appels d'offres portant sur des «milliards de dollars» de contrats de turbines à gaz.

Selon le document déposé par GE devant un tribunal de Virginie (est des Etats-Unis), Siemens Energy, l'ancienne division énergie de Siemens entrée en Bourse en septembre, a obtenu ces informations au cours d'un appel d'offres lancé par l'entreprise Dominion Energy en 2019.

Lire aussi: General Electric supprime plus de 10 000 emplois supplémentaires dans l'aviation

Des informations utilisées dans huit autres appels d'offre 

Un employé de cette société a envoyé sur l'adresse personnelle d'un salarié de Siemens Energy les détails confidentiels de l'offre déposée par GE, y compris des spécifications techniques, des détails sur la tarification et sur les services de maintenance proposés par GE.

Au lieu de détruire immédiatement ces informations, l'employé de Siemens Energy les a partagées avec d'autres collègues. Elles ont alors été utilisées pour améliorer l'offre de Siemens et ainsi remporter le contrat, d'une valeur comprise entre 225 et 340 millions de dollars (185 et 279 millions d'euros), accuse la plainte.

Les secrets commerciaux obtenus indûment ont aussi été utilisés dans au moins huit autres appels d'offres pour des turbines à gaz remportés par Siemens en 2019 et 2020, affirme GE.

Des dommages-intérêts réclamés par GE

Le groupe allemand a fini par prévenir GE en septembre 2020 qu'il avait eu accès à ces informations confidentielles mais seulement après avoir mené sa propre enquête interne et donné le temps à Dominion d'engager la sienne. Et Siemens Energy «refuse encore à ce jour d'assurer à GE que les secrets commerciaux volés ont été détruits», déplore la plainte.

Lire encore l'analyse: Les conglomérats en quête d'une seconde vie

Le groupe américain réclame en conséquence des dommages-intérêts et demande au tribunal d'empêcher tout employé de Siemens ayant eu accès aux informations concernées de participer à la préparation de futurs appels d'offre.

Sollicitée par l'Agence France-Presse (AFP), une responsable de Siemens Energy a souligné que le groupe n'avait pas encore officiellement reçu de document. «Quand ce sera le cas, nous l'étudierons de près et répondrons de façon appropriée», a-t-elle ajouté.

Mais l'entreprise a déjà pris des mesures, dont des sanctions contre les salariés impliqués, a affirmé la porte-parole. Siemens Energy a par ailleurs fait le nécessaire pour retirer toutes les informations confidentielles de GE de ses systèmes internes, a-t-elle ajouté.