Quand avez-vous acheté votre dernier ordinateur? Certains, en cherchant la réponse, ne la trouveront peut-être pas. Ou alors de manière vague. Alors que les ventes de PCs chutent de manière continue - encore une baisse de 13% au premier trimestre –, les consommateurs ne sont plus du tout pressés de renouveler leur machine. Il y a quelques jours, Brian Krzanich, directeur d’Intel, dressait un constat implacable: alors qu’un ordinateur était changé tous les quatre ans jusqu’à récemment, cette durée vient de passer à… six ans.

Brian Krzanich fait son mea culpa: il est très facile de transférer les données de son ancien vers son nouveau téléphone, mais faire de même entre deux ordinateurs est un chemin de croix. Il a raison. Mais il y a d’autres facteurs: les nouvelles versions de Windows sont moins gourmandes en ressources et tournent encore bien sur des PCs relativement anciens. Et l’on passe de moins en moins de temps devant son ordinateur.

Voilà qui a ravi celles et ceux qui luttent contre l’obsolescence programmée. Les fabricants de PCs misent encore sur les fanatiques de jeux vidéo et les adeptes de la réalité virtuelle pour acheter souvent de nouvelles machines. Pour les autres, la motivation à dépenser plusieurs centaines de francs pour un PC apparaît aujourd’hui bien faible.