Banques

Le contribuable finance (parfois) le bancomat

Certaines communes sont prêtes à faire un effort financier pour que les contribuables puissent retirer de l’argent liquide

Pour des raisons économiques, les automates disparaissent des plus petits villages. Dans les districts d’Aarau, Lenzbourg, Kulm et le Suhrenta, c’est le cas dans une commune sur quatre, selon l’Aargauer Zeitung. Les succursales ferment faute d’une rentabilité insuffisante, par exemple celle de Raiffeisen à Schmiedrued-Walde avec ses 1161 habitants. Il est vrai que l’installation d’un bancomat coûte 110 000 à 180 000 francs, «qu’il soit installé dans une succursale ou à un autre endroit», a déclaré au quotidien Ursula Diebold, porte-parole de la banque cantonale. Les frais d’entretien annuels se montent pour leur part à 50 000 francs. Un bancomat n’est rentable qu’à partir de 68 retraits par jour. Les endroits à forte densité de clients sont rentables, mais les petits villages ne peuvent pas couvrir les frais bancaires.

Lire aussi: Agences bancaires en voie de disparition

Des aides financières rares

Certaines communes sont prêtes à faire un effort financier pour que les contribuables puissent retirer de l’argent liquide. Après le départ d’une succursale Raiffeisen, la commune de Staffelbach a trouvé un compromis avec la Bank Leerau, raconte l’Aargauer Zeitung. La commune a accepté de payer 3000 francs par an durant dix ans à la banque régionale. Le service ne couvre pourtant pas les frais. Pour la commune, le village est rendu plus attractif. Il arrive aussi que, à l’image de Birrwil, les citoyens puissent retirer de l’argent (jusqu’à 500 francs) directement auprès des services administratifs de la commune.

Lire également: L’explosion des banques en ligne

«La participation d’une commune à l’installation d’un bancomat reste très exceptionnelle», déclare le porte-parole de Raiffeisen. La société coopérative (1636 bancomats), qui ne précise pas les noms des communes concernées, ajoute «qu’on ne peut pas constater de tendance à la hausse dans ce domaine». La BCV, pour sa part, n’a pas supprimé de bancomat dans des petits villages et n’a pas demandé une aide financière à une commune pour maintenir un appareil. Postfinance (1000 postomats) «n’offre pas de modèle au sein duquel la commune participe aux frais». UBS (1250 bancomats), enfin, indique avoir ouvert de nouvelles agences dans diverses localités (Epalinges, Coppet ou Conthey), mais ne reçoit pas d’aide financière de leur part.

Publicité