En annonçant lundi soir la vente de sa division spécialités chimiques (LSI), Lonza était prédisposée à se retrouver de nouveau sur le devant de la scène. Bain Capital et Cinven, deux fonds d’investissement, vont racheter l’entité mise en vente en 2020 pour 4,2 milliards de francs.

C’est toutefois pour une autre affaire financière que le fabricant du principe actif du vaccin de Moderna a défrayé la chronique mardi: alors qu’il a durant une cinquantaine d’années émis du protoxyde d’azote, un gaz à puissant effet de serre en Valais, il pourrait, selon le Tages-Anzeiger, retirer un bénéfice de plusieurs millions de francs du processus d’assainissement de sa production.