C’est une petite révolution à la Banque Coop. Une révolution en romanche d’abord: l’établissement bâlois s’appellera dès le 20 mai prochain «Banque Cler», qui signifie «clair, simple, compréhensible» dans la quatrième langue nationale. Un nom qui sonne comme un programme pour les clients, a ajouté Ralph Lewin, le président du conseil d’administration, dans un communiqué diffusé jeudi. Car ses responsables veulent «rendre simples et compréhensibles» les opérations de la banque spécialisée dans les placements et les prêts hypothécaires.

Ensuite, le groupe de distribution se désengage cette fois complètement de sa banque: Coop cède ainsi son paquet d’actions de 10,4% à la Banque cantonale de Bâle (BKB) qui détient ainsi 75,8% du capital de l’établissement bancaire. Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé.

Processus entamé il y a vingt ans

La banque a été fondée en 1929 par l’Union suisse des coopératives de consommation (aujourd’hui Coop) et par l’Union syndicale suisse sous le nom de «Banque des coopératives et des syndicats» à Bâle. Elle est devenue une société anonyme en 1970 et n’a pris le nom de «Banque Coop» qu’en 1995. Or, rappelle Coop, la BKB détient la majorité du capital depuis 1999.

«Avec cette dernière transaction, nous achevons un processus entamé il y a 20 ans: transférer la banque à un propriétaire fort et fiable», explique Urs Meier, porte-parole du distributeur. Un processus qui répondait à la décision de Coop de se concentrer sur le cœur de son activité, la distribution. L’ensemble des participants a néanmoins ajouté que la collaboration allait néanmoins se poursuivre, la future banque Cler restant le partenaire principal pour le programme de fidélité du groupe Coop SuperCard, par exemple.

Indépendance promise

La volonté reste de garder les deux banques indépendantes pour les propriétaires. «Alors que la BKB est une banque universelle concentrée sur la région bâloise avant tout, la filiale représente un modèle d’affaires simple et peu risqué pour les clients de la Suisse entière», a expliqué Andreas Sturm, président du conseil de la BKB et vice-président du conseil de la Banque Coop, ajoutant que la nouvelle banque Cler allait se concentrer sur les clients privés, les petites entreprises et la construction d’habitations de sociétés coopératives.

Cela n’empêche pas des collaborations ou des synergies possibles, notamment pour investir dans le numérique. Car les propriétaires ont des projets pour la future banque Cler. Alors que la transformation physique de sa première succursale commercera à Zurich, ils promettent en parallèle, d’ici fin mai, début juin, de lancer une succursale 100% numérique.

Continuer à croître

«Les clients pourront demander l’ouverture d’un compte en quelques minutes», tout se fera «entièrement numériquement et les contrats sont conclus en totalité sans papier», explique la banque, qui ajoute que les investisseurs pourront déterminer leur profil et placer leur épargne, discuter via un chat avec des conseillers, plus tard en vidéo. «Toutes les prestations de base seront proposées par la succursale virtuelle», a assuré l’établissement. Il avait déjà lancé un service d’hypothèques en ligne en mars 2016. A cette occasion, la banque avait déjà annoncé pour le deuxième semestre de l’an dernier la création de la succursale virtuelle.

Banque cotée

Car les responsables ne visent pas le statu quo pour l’établissement qui compte 32 succursales et 500 employés dans toute la Suisse. «La banque Cler veut croître au cours des prochaines années davantage que le marché et voir augmenter ainsi sa part de marché de manière substantielle et gagner de nouveaux clients», annoncent-ils. Pour cela, des investissements sont prévus cette année et l’année prochaine.

Autre changement, le conseil d’administration passera de neuf à sept membres. L’actuel président, Ralph Lewin restera administrateur mais passera le flambeau au vice-président, Andreas Sturm. En 2016, la future ex-banque Coop a enregistré un bénéfice de 45,7 millions de francs, en hausse de 2,6%. Elle est cotée à la bourse suisse et le restera, selon la BKB. Jeudi, elle cédait 3%.