Prix SVC

Coorpacademy dépoussière les cours en ligne

La société lausannoise propose des formations en ligne et sur mesure, destinées principalement aux entreprises. Elle prévoit d’accélérer son déploiement européen et américain

Comment s’initier ou affiner ses connaissances en matière de réseaux sociaux, de vidéo en ligne ou décrypter le phénomène Big Data? La société Coorpacademy, située sur le parc de l’innovation de l’EPFL, propose des cours en ligne novateurs pour se familiariser ou approfondir sa culture numérique et toutes les thématiques sous-jacentes.


Jean-Marc Tassetto, cofondateur de Coorpacademy et ancien directeur de Google France, et ses deux associés – Arnauld Mitre (un ancien de Google) et l’entrepreneur Frederick Benichou –, se sont inspirés des MOOCs (cours en ligne ouverts et massifs, ou Massive Open Online Courses) pour développer des nouvelles formations en ligne et sur mesure, destinées principalement aux collaborateurs d’entreprises. Certaines d’entre elles sont également ouvertes aux particuliers avec un prix qui démarre à 1,99 euro la leçon.

Des clients tels Michelin ou TAG Heuer

Trois ans à peine après la création de Coorpacademy, la PME aux allures de start-up, a déjà ouvert une filiale à Paris et un bureau à New York. Quant aux cours en ligne, ils ont convaincu une quarantaine de clients, à l’exemple de Michelin, TAG Heuer, Pernod Ricard, le Credit Agricole ou la Fondation alimentarium de Nestlé. «Nous avons décidé de réinventer la formation continue en ligne avec un protocole pédagogique nouveau», dit Jean-Marc Tassetto qui a conçu une plateforme en collaboration avec deux laboratoires de recherche de l’EPFL.

Et si Jean-Marc Tassetto a choisi Lausanne pour créer son entreprise et non Paris, c’est grâce à deux rencontres. Celle d’abord avec Patrick Aebischer, président de l’EPFL, qui exprimait sa volonté d’augmenter le nombre d’étudiants à plus d’un million grâce aux MOOCs. Et celle avec Pierre Dillenbourg, un professeur spécialiste de l’ingénierie pédagogique à l’EPFL, qui a d’ailleurs participé au développement de Coorpacademy.

Au final, la plateforme propose plusieurs thématiques liées au numérique. Chacune d’entre elles s’articule autour de vidéos ne dépassant pas 2 minutes. Elles sont disponibles depuis le terminal de son choix et chaque cours est personnalisé en fonction du niveau de l’élève, déterminé en fonction d’une série de questions. «L’apprentissage se fait de manière communautaire, avec la possibilité de lancer des défis à des collègues ou la communauté des apprenants ce qui permet d’affiner ses connaissances en s’amusant», explique Jean-Marc Tassetto.

Ces cours ont aussi l’avantage de pouvoir être délivrés simultanément à un nombre très important d’utilisateurs. Et les thématiques peuvent être personnalisées en fonction des demandes de l’entreprise. Par exemple, pour Pernod Ricard, les formations concernent la protection des données, l’éthique ou la lutte anti-corruption. Chez TAG Heuer, les cours sont liés à la formation des commerciaux au savoir-faire horloger.

«On fait toujours appel à des experts du sujet. Nous nous chargeons de mettre en forme le cours de manière pédagogique, ce qui nécessite environ 4 mois de travail», dit Jean-Marc Tassetto. Lorsqu’une entreprise souhaite créer une formation qui lui est propre, cela lui coûte entre 30 000 et 50 000 francs. A cela s’ajoute des coûts de licence, soit environ une dizaine de francs par apprenant et par mois.

Une soixantaine de clients

De plus en plus d’entreprises sont séduites par les cours en ligne de Coorpacademy, même des multinationales. Un équipementier du secteur automobile a, par exemple, demandé à la PME de fournir un module pour ses 100 000 collaborateurs sur les cinq continents.

«A la fin décembre, nous devrions compter une soixantaine de clients», précise Jean-Marc Tassetto dont la société double chaque année son chiffre d’affaires. Le nombre d’apprenants devrait dépasser cette année les 300 000. Nos formations répondent aux besoins des entreprises qui semblent encore incertaines sur la manière concrète de s’adapter à la révolution numérique. Des éditeurs de site web de référence nous contactent désormais pour éditer des cours sur notre plateforme.»

«Une levée de fonds est prévue d’ici la fin de l’année pour accélérer le développement à l’international», note le directeur de l’entreprise qui a déjà pu compter sur 3,4 millions de francs externes, en 2014, obtenus essentiellement auprès de Debiopharm Investment et NextStage, une société française de capital-risque.

Rentable depuis sa création, Coorpacademy prévoit d’accélérer le déploiement européen et américain. Elle envisage aussi d’augmenter ses effectifs qui devraient passer de 40 à 60 personnes. En revanche, à Ecublens, l’entreprise ne devrait compter que dix personnes d’ici la fin de l’année.


Les PME familiales à l’honneur

Le concours organisé par le Swiss Venture Club récompense une PME familiale qui s’inscrit dans la pérennité. Après une sélection de plus d’une année et la visite de six entreprises, le jury – composé d’une quinzaine de personnalités de l’économie romande –, auquel participe Le Temps, a établi un classement qui sera révélé le mercredi 9 novembre au SwissTech Convention Center. D’ici là, chaque lundi, une de ces six entreprises finalistes sera présentée dans Le Temps.

Publicité