E-commerce

De la cordonnerie à la déchetterie, les services à domicile foisonnent

Après la restauration ou les paniers de fruits, ce sont les marchands de cycles ou les services de nettoyage de voitures qui proposent, via Internet, leurs services aux portes de leurs clients

Les services à domicile sont toujours plus nombreux. Après la conciergerie, la vente de vins, de fromages, de paniers de fruits ou la restauration à domicile, de nouvelles start-up tentent de se faire une place dans ce marché du commerce à la maison. Ils visent une clientèle qui n’a pas le temps ou ne veut plus effectuer des tâches rébarbatives. Et qui est prête à payer un surcoût pour s’offrir ce type de services.

La déchetterie porte à porte

Parmi ces besognes fastidieuses, se rendre à la déchetterie figure pour certains en tête de liste. Ainsi, D.A.D Services à Savagnier (NE), Home Recycling à Mex (VD) ou Francky Factory dans la Broye, proposent de faire ce travail de tri des déchets courants. Sur Internet, le client choisit sa formule: ramassage unique ou souscription à un abonnement mensuel.

«J’ai lancé ma société il y a un an. Je m’occupe de trier tous les déchets, l’alu, le pet, le verre et le papier. Puis je me rends à la déchetterie. Mon activité se développe petit à petit mais ce type de service n’est pas encore entré dans les mœurs», reconnaît Franck Leuba, fondateur de Francky Factory qui ne compte actuellement qu’une trentaine de clients réguliers. Coût du service: de 250 à 600 francs par année, en fonction du nombre de ramassages sélectionnés par le client.

«J’ai fait les démarches auprès des communes avant de lancer mon entreprise. Elles m’ont posé une condition, celle de ne pas faire commerce des déchets que je récupère», précise Franck Leuba qui doit compléter ses revenus avec des activités de maintenance et d’entretien de machines, son métier initial.

Lire aussi: Digitec renforce sa domination du marché suisse du e-commerce

Le lavage de voiture à domicile

Autre service que l’on voit petit à petit apparaître, celui du lavage de voiture à domicile ou sur son lieu de travail. La start-up genevoise Wash and Move, fondée en septembre 2016 par Enzo Colucci et Arnaud Urfer, propose un nettoyage intérieur et extérieur des véhicules. «La réservation se fait sur notre plateforme web. Nous nous déplaçons dans les cantons de Genève et Vaud. A partir de 3 voitures, nous allons dans toute la Suisse Romande», précise Enzo Colucci. La start-up a pour particularité de n’utiliser que 1,5 litre d’eau, grâce à l’emploi d’une machine à vapeur. «Cela permet d’économiser 95% d’eau. Nous ne laissons ainsi aucune trace au sol après notre passage», précise Enzo Colucci qui vise essentiellement une clientèle haut de gamme avec peu de temps à disposition.

Ce service coûte, en fonction du modèle du véhicule, entre 190 à 290 francs pour un service de deux heures. «Beaucoup de garagistes nous sous-traitent ce service», affirme Enzo Colucci qui prévoit d’engager une à deux personnes d’ici à la fin de l’année. «Nous sommes parvenus à l’équilibre en six mois et allons commencer à nous verser des salaires.» La concurrence existe toutefois. Les sociétés françaises CosmetiCar ou MyCarWashMobile ont exporté leur modèle en Suisse et proposent aussi des services de nettoyage de véhicule à domicile ou sur les lieux de travail.

Le service complet pour les vélos ou les skis

Autre exemple, celui de la Bicycletterie à Peseux (NE), un magasin de cycle qui se charge de venir chercher les vélos à domicile dans la région de Neuchâtel et de la Chaux-de-Fonds, d’effectuer un travail dans ses ateliers puis de rapporter la bicyclette. Pareil pour les skis. Claude Privet, à Penthalaz, vient chercher skis et snowboards pour un service complet ou partiel, à 45 ou 55 francs, transport compris. Puis il se charge du retour de l’équipement. «C’est un hobby que j’exerce d’octobre à février. Cela fonctionne par bouche-à-oreille. J’ai une centaine de clients réguliers qui ne veulent plus porter laborieusement leur matériel au magasin», explique Claude Privet qui a créé skiservicedomicile.ch.

Vêtements de chaussures pris à domicile

Quant à On My Way, la start-up lausannoise rachetée en juin 2016 par le groupe français Elis, elle propose un service de nettoyage de vêtements. Ceux-ci sont collectés et renvoyés propres à domicile, au travail ou dans 36 points de collecte dans l’Arc lémanique. Non seulement On My Way souhaite exporter le modèle à l’étranger mais elle propose désormais un service de cordonnerie à domicile. «En ligne, le client enregistre ses chaussures à faire réparer, sélectionne le service à effectuer et les place dans un sac de cordonnerie offert à la première commande, explique Cédric Rimella. C’est un service qui marche très bien.»

Dans l'alimentaire, les fruits et légumes sur mesure

Dans le domaine de l’alimentaire, les sociétés de livraison de plats cuisinés à domicile connaissent une forte progression. Avec plus de trente salariés, une centaine de livreurs et des ouvertures prévues dans toute la Suisse, la société Smood est le leader incontesté du secteur. Dans l’alimentaire, la tendance devrait se poursuivre, selon Cyril Halifi, fondateur de Chiz et de Sofruity.ch, deux start-up qui proposent respectivement des fromages et des fruits et légumes à domicile. «Face à la concurrence des hard-discounters, les géants de l’alimentation devront réduire leur assortiment. Et c’est là que des sociétés d’e-commerce comme les miennes ont leur rôle à jouer», dit Cyril Halifi, qui veut désormais proposer des box de fruits secs à domicile.

A propos de grands distributeurs: Amazon teste le supermarché du futur, sans caisse ni employé

Publicité