Le quotidien de chacun est profondément changé depuis quelques jours, transformé d’une manière sans précédent. Les activités ralentissent ou simplement s’arrêtent, la liberté de mouvement est contrainte et les flux financiers traditionnels sont remis en question. L’anxiété individuelle et collective augmente fortement, chacun se demandant de quoi son destin immédiat sera fait. C’est tout à fait normal.

Lire aussi:  La polémique des «pandemic bonds»

Ce basculement est si subit et inattendu qu’il prend tout le monde au dépourvu. En 2008, la crise était essentiellement financière, induisant assez rapidement des réponses vigoureuses de la part des banques centrales, qui ont par la suite adopté des politiques non orthodoxes.

Pour certains – et certainement pour les secteurs des transports, loisirs, biens durables par exemple –, la crise actuelle ressemble à une combinaison de GFC (Great Financial Crisis de 2008), SARS (crise sanitaire de 2004) et 9/11! La séquence est en effet très claire.

Cela démarre par la diffusion d’un virus inconnu dans une région du monde très peuplée, diffusion qui n’arrive pas à être contenue localement. La propagation se transforme en pandémie et touche l’Europe (épicentre actuel) et de manière croissante l’Amérique du Nord, soit les deux zones économiques les plus importantes en dehors de l’Asie. Le coup de frein brutal sur l’activité guide ces régions vers une récession certaine.

Lire également l'opinion:  L’investissement durable est-il soluble dans le coronavirus?

Ventes forcées et algorithmes

Alors que le contexte économique change drastiquement (de croissance modeste sans inflation à récession et risques croissants de faillite), les investisseurs doivent modifier leur positionnement. Cet ajustement majeur se fait dans la douleur, la porte de sortie n’a été que partiellement ouverte et les conditions de sortie sont frénétiques. Et comme à chaque basculement, les ventes forcées accentuent les mouvements, mouvements qui sont désormais dominés par les algorithmes de transaction.

Les réponses doivent intervenir sur les trois niveaux mentionnés plus haut. La propagation du virus doit être freinée, ce que les mesures de confinement et la mobilisation des services de santé tentent de résoudre. Les laboratoires de recherche épidémiologique sont engagés dans une course contre la montre pour mettre au point des vaccins. On peut d’ailleurs questionner le silence qui a entouré les arrêts (par les grands groupes pharmaceutiques) des développements dans le secteur des vaccins car considérés comme non rentables…

Mais c’est sur les plans économique et politique que l’effort le plus colossal doit être entrepris, et ceci, dans les meilleurs délais. La mise à l’arrêt forcé de pans complets de l’économie génère des pertes non recouvrables de revenus et de marges. Les gouvernements sont appelés à mettre en place des mesures compensatoires afin d’éviter des pertes importantes de substance et/ou des faillites.

Rigueur financière remise à plus tard

Cela implique également de permettre aux citoyens de pouvoir faire face à leurs charges domestiques. Les grands principes de rigueur financière doivent donc impérativement être remis à plus tard. Les montants à engager sont également sans précédent, ils se comptent par centaines de milliards pour les grandes économies, certainement au moins 100 milliards pour la Suisse (en non 10!). Il faut par tous les moyens empêcher la paralysie complète qui conduirait à une récession durable.

La redéfinition de notre quotidien aura un coût, qui devra être porté par tous. Les produits de base seront plus chers, la mobilité de longue distance à moindres frais va être réduite et notre sécurité générale sera financée par l’ensemble de la communauté

La panique qui s’est emparée des marchés financiers trouve son origine dans le changement brutal de perspectives, mais aussi et surtout par la détérioration massive du marché du crédit (comme d’habitude). Seules des initiatives massives sur le plan fiscal peuvent permettre d’endiguer la panique et calmer les flux sortants. Les mécanismes de distribution doivent donc être communiqués rapidement. Nous suivons donc les points d’inflexion de l’évolution du virus, d’une part, et les effets des mesures de compensation sur la psychologie des investisseurs et du public, d’autre part.

Un nouveau monde

Une fois le calme revenu, et il va revenir, est-ce que le monde sera exactement le même qu’avant la pandémie? J’en doute! Les défis auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui vont nous pousser à repenser notre quotidien, nos habitudes et notre sécurité. L’irruption du Covid-19 met en évidence la fragilité des systèmes de santé, affaiblis par la pression continue (un peu partout dans le monde, moins en Suisse il faut le relever) à réduire les coûts et le rôle de l’Etat. Les budgets publics et privés doivent impérativement être augmentés pour la recherche médicale, les réseaux hospitaliers, les soins à la personne (de tout âge) et la formation du personnel médical.

Parallèlement, il faut éviter d’autres pandémies en modifiant les règles d’hygiène urbaine, sans heurter la cohésion sociale. Enfin, la sécurité des circuits d’approvisionnement, tant pour les biens techniques que pour l’alimentation, doit également être garantie, en considérant des sources plus diversifiées et surtout des circuits plus courts (principalement pour les biens alimentaires). La réorganisation des chaînes d’approvisionnement va indubitablement venir au sommet des priorités des chefs d’entreprise, ce qui va se traduire par la recherche/création de sous-traitants proches des centres de production (en Europe et en Amérique du Nord).

Sur le plan alimentaire également, la production locale sera favorisée, ce qui permettra par la même occasion de réduire l’impact environnemental. Dans la même veine, la place essentielle dans le tissu social du commerce de biens de première nécessité en «brique et mortier» est clairement démontrée en ce moment.

Investir dans les infrastructures, la digitalisation et la formation

La notion d’hypermobilité doit également être revisitée, pour réduire à la fois les risques de propagations de maladies et de pollution atmosphérique. L’obligation faite aujourd’hui à de nombreux citoyens de travailler depuis leur domicile va certainement montrer qu’il existe désormais des moyens de désengorger les centres urbains et de flexibiliser les modes de travail. Il est donc capital de continuer à investir dans les infrastructures, la digitalisation et la formation.

La liste des changements et/ou des initiatives va bien au-delà de la taille de cette chronique. J’ai laissé de côté (pour ma prochaine chronique) à dessein mes réflexions sur les changements qui doivent également affecter le fonctionnement du système financier et des marchés. Une chose est sûre, tout cela a un coût.

Ce coût devra être porté par tous, les produits du quotidien seront plus chers, la mobilité de longue distance à moindres frais va être réduite et notre sécurité générale sera financée par l’ensemble de la communauté.

Les taux d’intérêt à long terme vont remonter afin de refléter l’explosion des déficits budgétaires. Le rôle de l’Etat va augmenter immanquablement! Les électeurs devront donc faire des meilleurs choix à l’avenir, notamment dans le monde anglo-saxon.