Douloureux atterrissage pour la start-up OneWeb. Six jours après le lancement de 34 nouveaux satellites, elle se déclare en cessation de paiements et se place sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites. Cette opération vise à sécuriser ses actifs pour trouver un éventuel acquéreur. 

Valorisée à près de trois milliards de francs, la société basée à Londres et en Virginie (USA) était à la recherche de fonds depuis le début de l'année. Dans un communiqué de presse publié vendredi soir aux Etats-Unis, elle a indiqué ne pas être parvenue à boucler ce nouveau tour de table, «malgré des discussions avancées», en raison «des turbulences que le Covid-19 a provoqué sur les marchés.»