Le groupe d'ingénierie helvético-suédois ABB a été condamné par la justice suisse à une amende de 4 millions de francs suisses (4 millions d'euros) dans une affaire de corruption en Afrique du Sud, a annoncé le parquet fédéral vendredi.

Dans un communiqué, le ministère public de la Confédération (MPC, procureur général) a indiqué que ABB Management Services, dont le siège se trouve en Suisse, a reconnu ne pas avoir pris «toutes les mesures raisonnables et nécessaires» afin de prévenir «le versement de pots-de-vin à des agents publics étrangers en Afrique du Sud».

«Différents collaborateurs d'ABB ont mis au point, à partir de 2013, un système de corruption afin d'obtenir, sous la forme de paiements surévalués aux sous-traitants, des commandes liées à la construction d'une centrale électrique à charbon en Afrique du Sud», selon le parquet fédéral.

«De cette manière, ABB Afrique du Sud a obtenu, avec des paiements de pots-de-vin d'au moins 1,3 million de francs suisses, des commandes d'une valeur d'au moins 200 millions de dollars», a-t-il indiqué.

Indemnisation

Le MPC a donc condamné ABB à une amende de 4 millions de francs suisses. L'amende maximale légale possible en Suisse pour ce type de délit pénal est de 5 millions de francs mais le parquet suisse a pris en compte «la coopération d'ABB» pour réduire l'amende. ABB devra également payer les frais de procédure à hauteur de 50 000 francs.

Dans cette affaire, le groupe s'était déjà acquitté d'une indemnisation de 104 millions de dollars à l'Afrique du Sud en 2020, indique le communiqué. Jeudi, les autorités de poursuite pénale sud-africaines ont annoncé avoir conclu un accord avec l'entreprise zurichoise, qui s'est engagée à verser au titre de «réparation punitive» un montant de 2,5 milliards de rands (136 millions d'euros) afin de solder cette affaire de corruption.

Le MPC ajoute que la justice américaine «devraient également clore la procédure dans le même contexte» vendredi.