Réunir quatre banquiers centraux (ex ou en activité), dont le mythique Paul Volcker, pour mettre un point d'orgue à près de quarante ans de carrière est un exploit que très peu de professeurs d'université réalisent. Tel était pourtant le cas ce vendredi à Genève autour d'Alexandre Swoboda, qui se retire après avoir initié des générations d'étudiants aux enjeux macroéconomiques et monétaires, et après avoir dirigé de 1990 à 1998 l'Institut universitaire de hautes études internationales (IUHEI).

C'est d'ailleurs Paul Volcker, assez caustique face au monde académique, qui a lancé un des plus beaux compliments. Alexandre Swoboda, a-t-il dit, est un des rares professeurs «combinant une vision théorique claire avec une bonne compréhension des réalités économiques».

Philippe Burrin, directeur de l'IUHEI, a souligné la rigueur de son prédécesseur, son «goût pour la transmission du savoir» et son «sens de l'harmonie» qui a permis à l'institut de traverser des eaux parfois agitées.

Le président de la Banque nationale, Jean-Pierre Roth, qui a soutenu sa thèse à l'IUHEI au début des années 1970 sous la houlette d'Alexandre Swoboda, l'a remercié «d'avoir su rendre l'économie attrayante» grâce à ses qualités didactiques et à sa générosité. Il lui sait aussi gré d'avoir partagé ce savoir avec la cité en créant notamment le Centre d'études monétaires et bancaires, «de réputation internationale».

Trois bourses

Pour que cet héritage perdure, Jean-Pierre Roth a annoncé la création de trois bourses de doctorants qui seront financées par le groupement des banquiers privés genevois, celui des banques étrangères et la BNS.

Quant au professeur Charles Wyplosz, actuel directeur du Centre d'études monétaires, il a mis l'accent sur les principales contributions d'Alexandre Swoboda aux grands enjeux contemporains. Il s'agit en particulier de son travail de clarification sur le rôle et la signification des euro-dollars, dont on se demandait dans les années 1970 quels seraient leurs effets sur la liquidité; de ses travaux précurseurs sur les unions monétaires; et enfin de ses réflexions critiques sur le concept d'«inflation mondiale» utilisé parfois à tort et à travers - y compris en ce moment.

Alexandre Swoboda a également été «senior policy advisor» au Fonds monétaire international, ce qui a permis à l'IUHEI de tisser des liens privilégiés avec les institutions de Bretton Woods. Il a été élu président de la Société suisse d'études économiques et statistiques en 2002. Enfin, il continue de siéger au Conseil de banque de la BNS.