L'invité

Le coup d’envoi d’une carrière bancaire prometteuse

Le secteur bancaire ouvre de multiples portes d’accès à la vie active. Une fois ce premier pas franchi, la carrière peut démarrer: grâce à une offre très vaste de formations continues, les possibilités d’évolution sont nombreuses pour les collaborateurs

Le secteur bancaire évolue très vite: l’offre de services n’a cessé de se diversifier au fil des années, sans compter que les réglementations nationales et internationales amènent les banques à repenser et à adapter leurs modèles d’affaires. Pour faire face à cette mutation, il faut des collaborateurs dotés de solides compétences techniques et sociales, qui se forment en permanence.

Ces collaborateurs doivent conserver une image positive de leur formation, qu’il s’agisse de la qualité, du suivi ou de l’entreprise. Aussi le secteur bancaire propose-t-il des formations professionnelles exigeantes dans un environnement passionnant, de l’apprentissage commercial aux cursus pour jeunes diplômés de l’université. Les personnes en formation acquièrent ainsi le bagage nécessaire à une carrière réussie et ont de bonnes chances de rester actives dans le secteur – ou d’y revenir ultérieurement, car leurs compétences techniques sont aussi demandées dans d’autres branches.

Formation professionnelle de base: de nombreuses portes d’accès

Il existe de nombreuses portes d’accès à la vie active. Pour la formation bancaire de base, le recrutement des banques est large, puisqu’il va des jeunes sortant des écoles secondaires jusqu’aux porteurs de maturité. Par la suite, des formations continues très diversifiées sont proposées.

Les jeunes qui souhaitent découvrir le monde du travail à l’issue des neuf années de scolarité obligatoire peuvent combiner formation professionnelle et formation scolaire de façon attrayante dans le cadre d’un apprentissage bancaire. Le travail d’équipe leur permet alors de bénéficier d’un très bon suivi.
En termes de perspectives, l’apprentissage est aujourd’hui plus que compétitif: après un apprentissage bancaire profil M suivi d’une maturité professionnelle, une passerelle ouvre la voie des universités et l’expérience professionnelle acquise pendant l’apprentissage est un atout au sortir d’une formation supérieure. Les titulaires d’un diplôme d’apprentissage classique (profil E) peuvent au besoin passer la maturité professionnelle ultérieurement.

Quant aux jeunes qui souhaitent aborder la vie active après la maturité, la Formation bancaire initiale pour porteurs de maturité (BEM) est une façon intéressante de le faire. Il s’agit d’un stage de 18 mois, dont le contenu correspond largement à celui de l’apprentissage. Cette formation est ouverte aux titulaires d’un diplôme EC/ESC.

Rejoindre une banque après l’université

Les banques accueillent à bras ouverts les jeunes diplômés de l’université, titulaires le plus souvent d’un Bachelor et d’un Master (p. ex. Master of Science). Les diplômés en économie, en droit, en mathématiques et en informatique, notamment, ont toute leur place dans les banques. L’intégration se fait par le biais de programmes sur mesure et manifestement, cette formule plaît: les banques comptent toujours parmi les employeurs les plus attrayants aux yeux des étudiants.

Mais en cours de carrière aussi, les multiples facettes de l’activité bancaire – des services bancaires proprement dits à l’informatique – offrent des perspectives aux personnes qui souhaitent rejoindre une banque.

Depuis quelques années, les exigences vont croissant pour les prestataires de services financiers, en raison notamment des nouvelles réglementations en Suisse et à l’étranger. Cela a bien sûr des répercussions en termes de formation continue. Grâce à la perméabilité, c’est-à-dire à la flexibilité de la formation continue rendue possible par la reconnaissance et la prise en compte des diplômes, toutes les portes s’ouvrent pour les collaborateurs des banques, qu’ils aient un diplôme d’apprentissage ou qu’ils sortent de l’université. Les banques encouragent donc fortement la formation continue, tant pour les jeunes recrues que pour les collaborateurs de longue date.

D’une part, les banques proposent des formations internes, qui sont l’occasion de peaufiner ses connaissances techniques en fonction du poste ou de la fonction que l’on occupe, ou encore de développer ses compétences sociales. D’autre part, il existe une large gamme de formations continues externes. L’Ecole Supérieure Banque et Finance (ESBF) propose ainsi des programmes généralistes qui permettent d’approfondir les connaissances acquises lors de la formation bancaire de base. Les diplômés de l’ESBF, des Hautes écoles spécialisées et de l’université peuvent poursuivre leur cursus en passant des examens professionnels supérieurs ou des examens universitaires. Citons aussi le «Certificate of Advanced Studies» (CAS), le «Diploma of Advanced Studies» (DAS) et le «Master of Advanced Studies» (MAS), qui se distinguent par leur contenu et leur durée. Enfin, une fois la maturité professionnelle et/ou le diplôme de l’ESBF en poche, des passerelles sont possibles (moyennant parfois un examen complémentaire) pour les personnes qui visent un diplôme universitaire du type Bachelor ou Master of Science.

-Plus d’infos sur swissbanking-future.ch

Publicité